Aller au contenu principal
Font Size

A Maltot (14) : on ramasse l’herbe des talus

llll Maurice Philippe est entrepreneur de travaux agricoles à Maltot (14). Dans ses savoir-faire, une grosse activité betteravière avec notamment le bâchage des silos pour le compte de Saint Louis Sucre. Enfin ça, c’était avant et encore vrai pour la campagne 2019/2020 mais après ?

© TG

’entreprise a donc fait du débroussaillage et du nettoyage des talus un second champ de spécialisation. Il y a peu, et pour remplacer un tracteur, elle a investi dans un Noremat VSV (Véhicule Service Viabilité) destiné principalement aux accoroutistes (entretien des accotements routiers, fossés, talus).
A la demande des collectivités territoriales dont Caen la mer, l’ETA y a adjoint un système d’aspiration de l’herbe fauchée. « Le rotor de 1,20 mètre est équipé de fléaux et muni d’une petite vis qui centre l’herbe. Dans la foulée, une turbine aspire le fourrage pour l’envoyer dans une trémie de 5 m3 positionnée à l’arrière du véhicule et qui se vidange hydrauliquement,» explique Maurice Philippe.
Si le débit de chantier est quelque peu pénalisé, ramasser l’herbe présente de nombreux avantages. Cela diminue les risques de bouchage des fossés lors de gros orages et limite l’apport d’humus qui enrichit le sol et favorise la repousse.
Avantage également sur un plan écologique et agricole puisque la plupart des graines des différentes espèces invasives composant cette flore est évacuée des abords de parcelles limitant ainsi la dissémination aux vents.

Objectif méthanisation
Mais que faire de cette herbe ? Maurice Philippe a sa petite idée : « pourquoi ne pas alimenter une unité de méthanisation ? », propose-t-il. Le bon sens paysan en d’autres termes encore faut-il que les automobilistes fassent preuve de civisme en ne se servant pas des talus et fossés de déchetterie.  « C’est un peu le facteur limitant, reconnait notre entrepreneur. On avale l’herbe mais aussi les bouteilles en verre, les bouteilles en plastiques (...). Après, il faut trier ». Tout n’est pas digeste et surtout pas la bêtise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité