Aller au contenu principal

A Maltot (14) : on ramasse l’herbe des talus

llll Maurice Philippe est entrepreneur de travaux agricoles à Maltot (14). Dans ses savoir-faire, une grosse activité betteravière avec notamment le bâchage des silos pour le compte de Saint Louis Sucre. Enfin ça, c’était avant et encore vrai pour la campagne 2019/2020 mais après ?

© TG

’entreprise a donc fait du débroussaillage et du nettoyage des talus un second champ de spécialisation. Il y a peu, et pour remplacer un tracteur, elle a investi dans un Noremat VSV (Véhicule Service Viabilité) destiné principalement aux accoroutistes (entretien des accotements routiers, fossés, talus).
A la demande des collectivités territoriales dont Caen la mer, l’ETA y a adjoint un système d’aspiration de l’herbe fauchée. « Le rotor de 1,20 mètre est équipé de fléaux et muni d’une petite vis qui centre l’herbe. Dans la foulée, une turbine aspire le fourrage pour l’envoyer dans une trémie de 5 m3 positionnée à l’arrière du véhicule et qui se vidange hydrauliquement,» explique Maurice Philippe.
Si le débit de chantier est quelque peu pénalisé, ramasser l’herbe présente de nombreux avantages. Cela diminue les risques de bouchage des fossés lors de gros orages et limite l’apport d’humus qui enrichit le sol et favorise la repousse.
Avantage également sur un plan écologique et agricole puisque la plupart des graines des différentes espèces invasives composant cette flore est évacuée des abords de parcelles limitant ainsi la dissémination aux vents.

Objectif méthanisation
Mais que faire de cette herbe ? Maurice Philippe a sa petite idée : « pourquoi ne pas alimenter une unité de méthanisation ? », propose-t-il. Le bon sens paysan en d’autres termes encore faut-il que les automobilistes fassent preuve de civisme en ne se servant pas des talus et fossés de déchetterie.  « C’est un peu le facteur limitant, reconnait notre entrepreneur. On avale l’herbe mais aussi les bouteilles en verre, les bouteilles en plastiques (...). Après, il faut trier ». Tout n’est pas digeste et surtout pas la bêtise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité