Aller au contenu principal

Manche : après les étourneaux, les corvidés

Depuis le début de l’automne, la FDSEA, FDGDON et la Fédération de chasse se sont unies pour lutter contre les étourneaux. Un partenariat qui a permis de venir à bout de plusieurs dizaines de milliers de nuisibles. Le partenariat va être élargi aux corvidés.

© EC

Les étourneaux sont sur le départ. D’ici quelques jours, ils devraient déserter entre autres les exploitations. C’est la bonne nouvelle du printemps. Pour autant, la présence tout au long de l’hiver de ces nuisibles n’est pas sans conséquence pour les agriculteurs, à la fois économiques et sanitaires. Par conséquent, la Fédération départementale de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON) de la Manche, la Fédération départementale des chasseurs (FDC) de la Manche et la FDSEA de la Manche ont décidé de faire ensemble la chasse aux étourneaux. 
Le principe était simple. Les exploitants agricoles ayant un préjudice par la présence massive d’étourneaux étaient mis en relation avec des chasseurs intéressés par le tir de l’espèce via un site internet. Les agriculteurs s’inscrivent en proposant des opportunités de chasse. La date de rendez-vous est ainsi actée.

50 000 cartouches
« Le site fonctionne très bien. Il y a eu plus de 10 000 connexions » souligne Jean-Michel Hamel, secrétaire-adjoint de la FDSEA de la Manche. Certains groupes de chasseurs très actifs sont venus à bout de plus de 5 000 étourneaux.
Les trois partenaires avaient accompagné ces opérations en optant pour un groupement d’achats de cartouches. Plus de 40 000 avaient été acquises. Il y en a au moins 10 000 de plus qui ont été tirées.

Le ministère saisi
Si les étourneaux sont sur le départ, le problème n’est pas réglé pour l’automne prochain. A la mi-janvier, la FDSEA de la Manche avait fait appel à la structure nationale et aux parlementaires afin de faire évoluer la situation. Thierry Chalmin, président de la commission Faune sauvage de la FNSEA, et Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA et président du FMSE (Fonds national agricole de mutualisation sanitaire et environnementale) avaient pu se rendre compte sur le terrain les déjà. Ils avaient ressenti également « le ras-le-bol » des éleveurs qui devaient adapter leur méthode de travail, et faire face à une perte financière. « Sur une exploitation moyenne de 60 vaches laitières, c’est une perte de 10 000 euros qui est estimée » souligne Jean-Michel Hamel.

Pas nuisible
Une perte sèche qui n’est prise en compte par personne parce que l’étourneau sansonnet n’est pas considéré comme nuisible au titre de l’agriculture.
La FDSEA de la Manche a adressé un courrier au ministère de l’agriculture, tout comme Stéphane Travert, député, qui avait saisi le gouvernement par une question écrite. Pour l’instant, aucun retour n’est parvenu. Le combat reste entier en espérant avoir tout de même une réponse avant l’automne prochain.
D’ici là, les trois partenaires veulent poursuivre leur collaboration en élargissant leur lutte cette fois-ci aux corvidés. Un nuisible qui peut faire des dégâts à l’approche des semis de maïs. Par conséquent, des opérations de chasse pourraient être mises en place.

agri-chasse-etourneaux50.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité