Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Manche : une année à paille et peut-être à maïs

TOUR DE CHAMPS avec Gilbert Michel, administrateur d'Arvalis-Institut du Végétal.

© TG

Producteur de lait à St-Georgesde-Bohon, administrateur d'Arvalis-Institut du Végétal et élu dela FDSEA, Gilbert Michel commentepour nous un tour deschamps.

Moisson. "Il reste à ce jour une de battage dans le centre Manche. Un peu plus dans le nord et dans le sud. Les rendements en blé sont décevants : aux alentours de 85 quintaux. Ça aurait pu faire mieux mais certaines variétés précoces ont moins bien répondu. Les PS (Poids Spécifiques) oscillent de 74 à 78 avec des pointes à 86. Peu d'analyses de protéine dans notre département mais c'est certain, elle fait défaut. A force de vouloir toujours mettre moins d'azote..."

Prix. "En baisse ! 141 EUR à la livraison même si ce matin (Ndrl : le 8 août), c'est remonté à 148 EUR. Les prix vont continuer à jouer au yoyo jusqu'à la fin de la moisson. Mon conseil : si une fenêtre de tir se présente, vendez. Je ne suis pas certain que quand on connaîtra l'état exact des stocks à la rentrée, les cours remontent significativement".

Paille. "C'est une année indiscutablement à paille. On n'a jamais connu de tels rendements. J'ai pressé hier 11 ha d'une parcelle qui en totalise 12. Résultat : 110 tonnes sur la bascule. A ce jour, la qualité est là mais ça risque de changer avec la météo et la marée. D'ailleurs, certaines parcelles commencent à griser. Côté prix, on ne les connaît pas encore mais la barre des 80 EUR/t ne devrait pas être dépassée même dans les livraisons extrêmes. Au niveau de la demande, peu se prononcent. L'opération paille, menée par la FDSEA, c'était 600 camions il y a 2 ans, 30 l'an dernier. Nous n'en sommes à ce jour qu'à 7 mais on pérennise l'action pour les fidèles. C'est un service apporté sur lequel on ne fait aucun bénéfice".

Foin. "Il y a ce qu'il faut et la qualité est correcte. Les prix sont plutôtà la baisse même si les coûts de production sont toujours les mêmes".

Maïs. "J'ai fait sur mon exploitation un essai bactériosol visant à bien valoriser les fumiers. Apparemment, ça marche. Nous avons eu le climat pour avoir du maïs : à savoir de la température même si nous ne sommes pas montés dans des pics. L'année devrait être bonne si la météo ne se dégrade pas trop. Tant mieux parce que les éleveurs ont besoin de reconstituer des stocks. Attention cependant, les ensilages ne sont pas encore dans les silos. Le coup de vent de ce week-end illustre bien le risque avant récolte".

Nuisibles. "Ne me parlez pas des étourneaux ! On a aussi des corvidés, des sangliers et des chevreuils. La nouveauté en 2014, ce sont les pigeons dans les blés".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité