Aller au contenu principal

A Manneville-la-Goupil (76) : avec la betterave, l’herbe et le bois

Créée autour d’une activité « betterave » en 1975, l’entreprise Vandermeersch (Manneville-la-Goupil/76) se diversifie notamment à travers l’optimisation de la valorisation du bois et de l’herbe. Explications de son cogérant, Hugo Vandermeersch

© TG

>> En quoi votre entreprise a-t-elle évolué ces dernières années ?
Les activités se sont développées au rythme d’exigences «clients» de plus en plus marquées vers plus de traçabilité et plus de qualité. Un vrai challenge à relever dans un contexte où l’on a de plus en plus de difficultés à recruter une main-d’œuvre performante.

>> Je suis agriculteur, donnez-moi 3 bonnes raisons de faire appel à l’entreprise plutôt que d’investir dans mon propre matériel...
Le premier élément, je dirai du matériel performant et renouvelé régulièrement.
Ensuite, les coûts de mécanisation moins élevés en faisant appel à l’entreprise par rapport à un investissement individuel. Enfin, pour l’agriculteur, c’est se dégager du temps qu’il pourra consacrer à des tâches à plus haute valeur ajoutée. 

>> Le congrès d’EDT qui se tient à Deauville (14) aborde l’agriculture de précision, une réalité déjà effective dans votre parc matériel ?
Elle est présente de par le GPS et le RTK que ce soit pour l’arrachage du lin, le semis de betteraves ou la pulvérisation. L’agriculture de précision permet la modulation de doses et la coupure de tronçons, ce qui signifie une diminution de la consommation d’intrants.
Au-delà, je pense au robot de désherbage, notamment pour le bio. On aura de plus en plus besoin d’intelligence artificielle pour que la technologie soit de plus plus précise et se rapproche de la main de l’homme. 

>> Votre dernier investissement ?
Une broyeuse à plaquettes forestière. Pourquoi ? Parce que nous étions limités en diamètre avec le matériel précédent et que cette activité est en plein développement. Plus le droit de brûler, et ce serait d’ailleurs dommage puisqu’il s’agit d’une énergie renouvelable, alors la plaquette bois constitue un excellent moyen pour valoriser les têtes d’arbres et la partie branchage. Et comme c’est une activité très chronophage si on le fait à la main,  cette prestation de service à un avenir durable.

>> Votre prochain investissement ?
On sent bien depuis quelques années un retour à l’herbe. Nous avons d’ailleurs fait une grosse saison l’an dernier. Les prochains investissements tourneront donc autour d’un pick-up pour équiper une seconde machine. Mais comme l’ensilage ne convient pas à tout le monde, nous pensons aussi à un combi presse ou une enrubanneuse à balles carrées. L’enrubannage est en plein développement avec notamment la récolte de couverts végétaux pour méthaniseurs ou autres utilisations

>> Les jeunes agriculteurs se posent beaucoup de questions quant à leur avenir les jeunes entrepreneurs aussi ?
On se pose effectivement beaucoup de questions. A quoi ressemblera notre métier demain ? A échéance 10 ans, on a une petite idée mais à 20 ou 30 ans ? A quelles évolutions du matériel faut-il s’attendre en termes de coûts et de technologie avec l’électronique et l’intelligence artificielle. La maîtrise de cette technologie avec la problématique main-d’œuvre pourra-t-elle se faire dans des laps de temps acceptables ? On se pose aussi des questions sur le devenir de l’agriculture et de nos clients.  Quelle sera la part des doubles actifs ? Sur ce plan, les choses semblent évoluer rapidement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité