Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Internet
Maraîbio pousse sur la toile

Les maraîchers en agriculture biologique manquent de conseils techniques et se sentent parfois isolés. Avec maraibio.fr, ils disposent désormais d'une plateforme d'échange. Le site a été financé par l'Agence de l'eau et le Conseil régional.

© VM

Depuis 2008, le nombre de maraîchers bio a été multiplié par 5. 150 fermes bio maraîchères sont aujourd'hui recensées en Basse-Normandie. Pour répondre à un besoin d'échanges et de formation, maraibio.fr a été initié par l'association Biopousses. Le site est également géré par le partenariat technique du Réseau des agriculteurs bio de Basse-Normandie (GAB et GRAB) et le CFPPA de Coutances.

Un forum alimenté et animé par les maraîchers bio
Ce projet s'articule autour d'un forum. Ce lieu d'échange est animé par les agriculteurs eux-mêmes. "L'objectif de ce site est double. D'abord faciliter la communication entre les producteurs qui sont parfois géographiquement isolés et souvent surchargés de travail. Second objectif, apporter des solutions ou au moins des pistes de réflexion à des problèmes techniques", indiquent les responsables du site.

Un site inspiré de l'expérience du GAB 14
Maraibio.fr est accessible librement, mais sur inscription. Le site cible les professionnels avec des échanges technico-économiques et veut éviter les "discussions philosophies". Autour du forum, l'internaute peut retrouver plusieurs rubriques. En cliquant sur ressources, les maraîchers trouveront ainsi des informations sur le désherbage, les techniques culturales ou le machinisme. Derrière l'onglet "boîte à outils" se cachent des liens vers d'autres sites : météo ou bulletin de santé du végétal. 
Maraibio s'inspire de l'expérience du "google group" du GAB 14. "On compte une dizaine de messages par semaine. Nous souhaitions élargir le groupe pour développer des références. Peu de données sont actuellement disponibles sur le maraîchage en agriculture biologique", explique Guillaume Fernagu, animateur du GAB 14

Financement conjoint du Conseil régional et de l'agence de l'eau
La conception et la production de contenu de ce site représentent  47 000 EUR sur deux ans. Le Conseil régional de Basse-Normandie et l'agence de l'eau ont financé ce projet à hauteur de 50 chacun. Le coût de fonctionnement, avec notamment l'animation de maraibio.fr, devrait osciller entre 10 et 15 000 EUR par an. Reste encore à définir qui paiera cette note à moyen terme. "Cette facture n'est pas énorme quand on la compare au coût d'un technicien. Il n'y a d'ailleurs qu'un seul poste dans le Calvados. Nous devons trouver des méthodes pour accompagner les maraîchers bio. Maraibio.fr en est une", indique Philippe Deshayes, président de Biopousses et directeur du CFPPA de Coutances. Une solution, même si le site ne s'adresse actuellement qu'à une cible de 150 maraîchers bio.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité