Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Maraîchage : le magicien d’Oz en action

Il est petit mais plutôt costaud. L’engin mis au point par une “Start-Up” de la région toulousaine était en démonstration, la semaine dernière, aux pépinières d’Elle (50).

© EC

Désherber en maraîchage ou pépinière est loin d’être une sinécure. Soit, le chef d’exploitation joue la carte des produits chimiques ou du sarclage manuel. Dans le premier cas, la facture s’avère lourde, non seulement pour les bidons, mais aussi le sol. Jouer de l’outil manuel peut entraîner des problèmes de santé. Bien sûr, un microtracteur équipé de
sarcleurs peut faire l’affaire ; là aussi un inconvénient, la largeur des rangs et les heures pour le rendre nickel. Du coup, une “Start-Up” toulousaine, NAÏO, a planché dans tous les sens du terme sur la problématique et propose son robot “OZ” désherbeur de dimensions certes réduites, tout comme son prix (20 000 €), mais efficace, une fois les bons réglages trouvés.

Énergie électrique
Actuellement, une vingtaine de robots sont en activité sur le sol français. L’entreprise du sud-ouest cherche à conquérir de nouveaux clients. Son technicien parcourt toutes les régions légumières pour convaincre du bien-fondé de son engin. Première surprise, celui-ci est de dimension très réduite. “Il fonctionne à l’énergie électrique grâce à deux batteries classiques au plomb (3 heures d’autonomie pour un coût inférieur à 2 €/ha), mais on peut les remplacer par des batteries au Lithium”. Sous le capot de l’appareil, deux “yeux”, en fait les instruments de guidage lorsqu’il entre en action. Devant et derrière, deux autres capteurs permettant à “OZ” de ne pas dévier de la trajectoire défini. “En mettant au point “OZ”, nos axes de travail ont été basés sur une limitation de l’impact environnemental, le gain de temps et bien sûr la réduction de la pénibilité”. Les quatre routes sont motrices et cerise sur le gâteau, il se pilote grâce à une télécommande. “D’autres outils sont disponibles en option. D’un point de vue agronomique, grâce à un désherbage régulier et efficace sur le rang et l’inter-rang, on note une diminution de la concurrence des adventices et des risques sanitaires. Les producteurs ont de meilleures récoltes tant en quantité qu’en qualité et donc une meilleure rentabilité”.
Après quelques tâtonnements pour arriver à trouver les bons réglages dus en grande partie aux branches basses des arbustes de la pépinière d’Elle, située à Villiers-Fossard, “OZ” a effectué correctement son travail en enfonçant ses fers à deux centimètres de profondeur sur quelques dizaines de mètres. Un véritable petit magicien qui devrait acquérir de nouveaux pouvoirs au fil des mois. Les techniciens de NAÏO veulent encore et toujours l’améliorer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité