Aller au contenu principal

Marchés locaux de plein air : la FDSEA de la Manche écrit aux parlementaires et lance une pétition en ligne

La fermeture des marchés de proximité, dans le cadre des mesures de prévention sanitaires liées au Covid-19, met en difficulté de nombreux producteurs locaux.

© Reussir

Nous comprenons l’état d’urgence dans lequel les mesures de fermeture des marchés ont été prises. Pour l’heure, tout un chacun a bien compris l’absolue nécessité de faire entrer, dans les actes commerciaux, les mesures de biosécurité. Les producteurs et commerçants ambulants s’y sont d’ailleurs engagés.
Cependant, il nous parait incompréhensible de voir aujourd’hui la réouverture d’un certain nombre d’établissements commerciaux non alimentaires, donc pas de première nécessité, quand dans le même temps, la fermeture totale des marchés est maintenue.
Et comment peut-on considérer que chaque week-end, sur les parkings de GMS, les populations affluent pour se réapprovisionner alors qu’elles n’ont plus accès à leurs marchés en extérieur habituels ?
Les souplesses accordées aux grandes chaînes de magasins doivent également être accordées aux marchés locaux.
A l’heure où les agriculteurs sont mis en avant et salués pour participer à l’effort collectif en nourrissant les Français, la FDSEA considère que ces marchés sont un canal de distribution essentiel à la distribution des produits agricoles et plus particulièrement des produits agricoles locaux, largement plébiscités par les consommateurs. Il serait dangereux de les mettre à mal, détruisant une nouvelle fois la concurrence à la grande distribution.
Pendant ce temps, les caddies se remplissent aussi vite que les recettes des producteurs en vente directe fondent.
Cette situation est totalement injuste et déloyale.
Certes, des assouplissements ont été trouvés, au cas par cas, sur le département. Mais il ne s’agit que d’une partie d’entre eux et d’un régime dérogatoire. La règle générale doit changer.
Avec la FNSEA, nous avons élaboré un cahier des charges comprenant toutes les mesures permettant de garantir la sécurité sanitaire sur les marchés, pour les producteurs comme pour les consommateurs.
Celui-ci ayant été validé par les ministères concernés, il est impensable que les marchés ouverts soient interdits par défaut.

C’est en ces termes que nous avons interpellé les parlementaires du département.
Enfin, devant l’importance du sujet, nous avons pris l’initiative d’une pétition en ligne accessible à cette adresse :
https://marchesdelamanche.unepetition.fr/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité