Aller au contenu principal

Marion Alloteau : du vert au rose

Marion Alloteau, jeune agricultrice installée dans le Perche, vit son métier avec passion. Une passion qu’elle a mit au service d’une bonne cause, celle de la lutte contre le cancer du sein, en participant au calendrier de Perche rose, en se prêtant au jeu sous l’objectif de David Commenchal, photographe.

Marion Alloteau a passé son enfance dans le Perche, et notamment chez ses grands-parents qui étaient agriculteurs dans cette région ornaise. Pour autant, ils ont arrêté d’exploiter « quand j’avais cinq ans » se rappelle la jeune trentenaire. Elle a suivi des études de commerce avant que la passion des vaches la rattrape. Alors « j’ai repris des études agricoles pour pouvoir m’installer » confie Marion Alloteau. Un BPREA en poche décroché à Laval, elle a pris les rênes en individuel d’une exploitation de Prim’Holstein à la Chapelle-Souëf depuis avril 2015, convaincue de son choix lors de ses stages aussi bien dans un système conventionnel que bio.

Emotion des vêlages
« Travailler avec des vaches, au grand air, en étant maître de sa journée » c’est ce qui motive Marion Alloteau. « Certes, il y a des contraintes mais il y a beaucoup de bons moments. Aujourd’hui, j’ai une qualité de vie que j’apprécie » poursuit-elle, le sourire aux lèvres. Sa sensibilité féminine ne la lâche pas. « Voir des naissances, c’est toujours émouvant » confie la jeune agricultrice. Son attachement aux animaux ne fait aucun doute. « On manipule toujours les animaux dans le calme, sans bâton. Elles
rentrent tranquillement. Il n’y a jamais un mot plus haut que l’autre. Mais je passe beaucoup de temps avec elles. J’aime être allongée dans l’herbe avec elles » témoigne la jeune femme.

Des investissements raisonnés
Malgré la crise laitière, Marion n’a pas flanché. « Si je ne me lançais pas maintenant, quel aurait été le bon moment » s’est-elle interrogée. Et après tous les calculs, « j’ai vu que je pourrais m’en sortir ». Cela passe par des investissements raisonnés comme une salle de traite d’occasion, pas de tracteurs neufs, des projets de bâtiments à condition d’obtenir les aides… La jeune femme ne fait pas l’économie d’un suivi précis de son troupeau. « Il y a un suivi repro tous les mois. Je fais attention au choix du taureau parce qu’il est toujours possible d’améliorer la mamelle, les pattes, favoriser les vêlages… »

Une bonne cause
Cette passion des animaux est une fierté pour cette petite fille d’agriculteurs. Mais elle veut mettre son métier au profit de la lutte contre le cancer du sein. Sur son exploitation, le film d’enrubannage est rose, synonyme que deux euros sont reversés à la ligue par balle. « Si je pouvais avoir un tracteur rose, j’en aurai un » s’amuse-t-elle. Cette sensibilité a également été réveillée quand une amie d’enfance, Malvina Lalière, lui a émis l’idée d’un calendrier dans le cadre d’Octobre rose, mois en faveur de la lutte contre le cancer du sein. Cette percheronne d’origine a tout de suite été partante. « Nous sommes amies depuis la maternelle. Et on a gardé contact via Facebook » rappelle Marion. Ce calendrier permettait d’affirmer le côté féminin de la profession agricole.

Une aventure réussie
Marion n’a pas été la seule à être séduite par l’opération. Agricultrices ou salariées dans le para-agricole, installées ou en cours d’installation dans diverses productions (vaches, chèvres, brebis, volailles, escargots..), elles ont toutes franchi le pas en mettant en scène leur métier sous l’objectif de David Commenchal, photographe indépendant. « C’est le reflet de l’agriculture du Perche » constate la chef de projet, vantant la diversité des participantes. Et l’aventure a été une réussite. Pourtant, « Ce n’est pas donné à tout le monde de poser. Mais avec David Commenchal, nous étions en confiance. Il a su montrer notre féminité et non la vulgarité » admet Marion Alloteau. Le temps d’un cliché, elles ont toutes oublié leurs différences pour être unies. Désormais, ces agricultrices ou salariées forment une bonne équipe. « Nous avons su mélanger nos productions, nos façons de voir les choses pour une bonne cause. C’est une sacrée aventure » qui dépasse leurs espérances en terme de vente ! Une bonne image pour l’agriculture percheronne.

Pratique
La totalité des bénéfices du calendrier, vendu au prix de 10 euros, est reversée à la Ligue contre le cancer.
Sites :
http://percherose.jimdo.com/
https://www.facebook.com/
percherose/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité