Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Max Vié (président de l’OPNC) : "non, Lactalis n’est pas une victime"

© DR

“Les adhérents des deux OP de producteurs de lait livrant à Lactalis (OPNC et OP de Quincy) viennent de recevoir un courrier de leur collecteur Lactalis dont nous reproduisons la copie.
Ce courrier n’est pas anodin. Preuve en est le nombre de coups de fil et de mails que je reçois depuis quelques jours ! Seuls sont destinataires les adhérents des OP qui ont lancé une action de groupe contre Lactalis au motif de non-respect du contrat sur la fixation du prix en 2013 et 2014. Ce traitement de « défaveur » est condamnable sur le principe et constitue un précédent inacceptable.
Le groupe Lactalis est d’ailleurs transparent  dans cette lettre : il nous dit qu’il doit tenir compte de la démarche des deux OP qui ont décidé d’aller en justice dans le cadre de notre « relation ».
Lactalis a décidé de nous punir nous qui sommes des élèves trop turbulents. Mais, nous ne sommes pas dans une cour d’école. Lactalis n’est pas notre maître et nous ses élèves !
Chacun sait que cette décision de saisir la justice a été prise suite à des  discussions infructueuses avec l’entreprise. Preuve que nous ne sommes pas fermés à la négociation : il y a un an, nous avions accepté un lissage du prix du lait  en début d’année. Certains producteurs nous l’avaient d’ailleurs reproché.
En clair, l’entreprise choisit aujourd’hui, par ce courrier, de traiter différemment les producteurs adhérents des OP qui ont décidé de saisir la justice. Toutefois, en réalisant une avance de trésorerie à certains producteurs, Lactalis n’est toujours pas dans le respect du contrat.
Cette lettre de Lactalis contient des menaces à peine voilées mais l’on comprend, et on le vérifie, que ces décisions de l’entreprise prendront effet dès maintenant.
Nous sommes au tout début d’une procédure juridique et l’entreprise réagit dès à présent. Cela ressemble fortement à un mouvement de panique. Considère-t-elle dès maintenant que le jugement lui sera défavorable ? Si elle était si sûre d’elle-même et « d’avoir tenu ses engagements » comme elle l’écrit, elle n’aurait pas besoin de faire pression pour espérer faire valoir son bon droit.
Une fois de plus, Lactalis entend diviser ses fournisseurs pour mieux appliquer sa propre loi. La méthode est révélatrice de l’état d’esprit de l’entreprise.
Une fois de plus, l’entreprise se présente en victime d’une situation qu’elle a elle-même créée. Les producteurs de lait apprécieront. Cela ne fait que me  conforter dans mon combat. Non pas contre Lactalis mais pour le respect de nos contrats.”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité