Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Métier : donner le goût de l’agricole

Les Jeunes Agriculteurs de Normandie organisent le forum des métiers de l’agriculture ce 25 février au hall des expositions d’Argentan. Plus de 600 collégiens et lycéens sont attendus. Rencontre avec Denis Génissel, co-responsable de la manifestation.

© VM

“Pour être agriculteur demain, j’ai besoin de personnes compétentes autour de moi. En agriculture, nous ne croulons pas sous les candidatures spontanées”, estime Denis Génissel, installé au Château d’Almenêches (Orne). Le jeune agriculteur est l’un des responsables du forum des métiers de l’agriculture organisé à Argentan. L’évènement, qui tourne sur les 3 départements bas normands, a trouvé un rythme de croisière annuel. “Par le passé, cette manifestation se déroulait tous les deux ans. Mais, le public reste assez local. Les collégiens du Perche ne font pas forcément le déplacement dans la Manche.  On ne veut pas rater une génération, donc c’est plus efficace de revenir tous les trois dans un département”.
600 élèves sont inscrits. Mais, les JA sont également dépendants de la météo. Si cette dernière s’avère clémente, le jour J, le nombre de personnes attendues grimpe de 20 à 25 %. Deux publics sont ciblés, les collégiens et lycéens de l’enseignement général, et les élèves des établissements agricoles. “Quand on est dans un cursus agricole, c’est intéressant de rencontrer les partenaires du monde agricole et de voir les métiers qui vont au bout. Les jeunes issus de l’enseignement général pourront, eux, découvrir les formations agricoles. Tous les établissements concernés seront là pour les renseigner”, détaille Denis Génissel. Les jeunes peuvent échanger et découvrir une vingtaine de profession : technicien de chambre d’agriculture, inséminateurs, banquiers, vétérinaires, ou mécanicien... L’occasion de faire découvrir l’ensemble des métiers para-agricoles.

Montrer la technicité du métier
Quatre tables rondes sont également proposées. Dans la première, L’AREFA présente les différentes formations. Ensuite, des directeurs de ressources humaines d’entreprises agricoles expliquent leurs attentes à la lecture d’un CV. “Les banques reçoivent des centaines de candidatures par an. Il faut donc savoir se démarquer”. Les JA montrent aussi que leur métier a évolué avec des échanges sur “l’agriculture i-tech”. Une autre table ronde s’attaque directement au métier d’agriculteur. Elle s’intitule “demain, je m’installe”. Avec un maître mot : l’anticipation.

Ne pas orienter que les mauvais élèves
Enfin, robots de traite et GPS sont également au programme. Et les conseillers d’orientation ou les professeurs sont les bienvenus. Denis Génissel veut les sensibiliser : “ceux qui accompagnent les élèves doivent aussi être formés et informés. Les mauvais élèves ne sont pas les seuls à orienter vers les métiers du monde agricole. Il ne s’agit pas de savoir serrer un boulon. Nos fermes ont besoin de techniciens et d’ingénieurs”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité