Aller au contenu principal

Michel Hamel, décoré par Stéphane Travert

A 75 ans, Michel Hamel, agriculteur engagé dans la défense de la profession agricole et dans la race Normande, a été promu au grade de chevalier de la Légion d’honneur, insigne remise par le député Stéphane Travert, ancien ministre de l’Agriculture. Cette reconnaissance honore plus de 50 années au service de l’agriculture.

© SB

llll C’est la plus haute distinction française qu’a reçu Michel Hamel des mains du député Stéphane Travert, celle de chevalier de la Légion d’honneur. Une promotion demandée par l’ancien ministre de l’Agriculture pour saluer « la brillante carrière » de cet agriculteur engagé dans la défense de la profession et aussi la promotion de la race Normande, à l’esprit visionnaire. « Ce sont les citoyens les plus méritants qui peuvent prétendre à la Légion d’honneur », souligne Stéphane Travert. Et pour l’élu, Michel Hamel est l’un d’entre eux. « Votre parcours est le témoin d’un travail inlassable que vous avez mené pour porter haut et fort l’agriculture et haut et fort la race Normande. Vous êtes pleinement engagé dans la défense et la promotion de la profession. Alors, cette distinction est amplement méritée », poursuit-il.

Installé depuis 1965
Depuis 1965, il a les pieds dedans. Et même avant puisqu’il a repris l’exploitation familiale à Saint-Jores. Une exploitation qu’il a menée avec son épouse, Thérèse, et depuis 1989 avec son fils, Jean-Michel.
Ce trio a permis à chacun de s’épanouir dans les différentes missions.
Il sait de quoi il parle, lui qui est
parti pendant plusieurs années à
raison de trois jours par semaine à Paris. « Votre engagement marque à quel point il est nécessaire de se battre de manière constante pour obtenir des résultats et faire en sorte que notre agriculture soit un modèle reconnu par tous », a complété le député, habitant désormais sur la même commune nouvelle que le récipiendaire.

Défendre les paysans
Michel Hamel explique son engagement par sa soif d’échanges et de dialogue. « J’ai compris dès mon installation en 1965 qu’il ne fallait pas s’enfermer sur la ferme. Il fallait agir pour construire ensemble », confie-t-il au micro face à de nombreux responsables agricoles du département et de la région qui s’étaient déplacés au Conseil départemental de la Manche pour cette remise de la Légion d’honneur. Agir pour « peser fort » sur le plus syndical, dans l’optique de « défendre tous les paysans ».
Le dossier des quotas, son investissement au Groupement de défense sanitaire avec comme dossier phare l’élimination de la brucellose, à la mise en place du centre comptable, appelé aujourd’hui AS Normandie… sont à mettre à son actif.

La fierté de FQRN
Mais sa plus grande fierté reste la création de la Filière qualité race normande (FQRN), nouvel acteur dans la filière. Il s’est tourné vers la grande distribution, le groupe Carrefour pour mettre sur pied une vraie reconnaissance de la viande de race Normande, et une valorisation du travail des éleveurs. Grâce à cette filière qui existe depuis 25 ans, ce sont « 47 millions d’euros de plus-value qui ont été attribués aux éleveurs », se félicite-t-il. « Nous sommes la seule filière à être propriétaire de notre cahier des charges et à assurer une totale transparence », poursuit-il. « Il faut être sincère et droit dans ses bottes pour négocier, rester fidèle à ses convictions. C’est toujours ce qui m’a animé », assure Michel Hamel.   

Inquiet
Si à 75 ans, Michel Hamel reste attaché au monde agricole, il livre sa vision de l’avenir. Une vision teintée d’inquiétude. « Je ne peux que m’inquiéter devant la perte de sens des compatriotes. Je ne sais pas plus que quiconque de quoi sera fait demain. Mais c’est ensemble qu’il faut poursuivre, et non chacun pour soi », conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité