Aller au contenu principal

Fourrages
“Mieux respecter l’environnement”

Dernièrement, l’association Segrafo otganisait des portes ouvertes sur le foin séché en grange, à St Martin le Hébert.

Une ration à base de foin et de betteraves.
Une ration à base de foin et de betteraves.
© E.C.
Le foin ? Un aliment qui revient à la mode avec une nouvelle technique simple mais efficace : une fois coupé, le fourrage est stocké dans un bâtiment, généralement en bois, où l'air, chauffé par le toit, circule de haut en bas. A la clé, une quasi-autonomie en aliment sur l'exploitation. Ce système, le gaec Saint-Martin l'a mûrement réfléchi. En 2006, les deux associés se sont lancés dans l’aventure. Aujourd'hui, ils ne regrettent pas leur choix. Autonomie alimentaire Une trentaine de personnes étaient présentes, jeudi dernier, à Saint-Martin le Hébert pour faire connaissance avec cette nouvelle technique, lors de la porte ouverte, organisée par l'association Segrafo, basée en Ille et Vilaine. Au gaec Saint-Martin, les deux associés ont expliqué leur la démarche. “Nous voulions valoriser nos prairies tout augmentant notre autonomie alimentaire et en respectant l'environnement ainsi que la santé des animaux”. Le foin, implanté sur 90 ha (190 ha de SAU au total), une fois coupé, représente près de 300 tonnes de fourrage qui sont ensuite stockés dans le séchoir. “A la ration hivernale, (20 kg de MS) nous ajoutons de la betterave (10/11 kg), elle-aussi cultivée sur place. Pour essayer d'arriver à l'autonomie alimentaire complète, nous allons prochainement faire des légumineuses”. La partie sans doute la plus technique de l'opération est la récolte du foin. “Il faut qu'il soit à un stade de très haute qualité nutritive, entre 45 et 65% de matière sèche. Une fois dans les cellules de stockage, il sèche progressivement. Nous arrivons à faire quatre coupes dans l'année. Après le dernier jour de récolte, le séchage se poursuit quelque temps pour finir le processus de conservation (+/-90% de MS)". En hiver, il est tout simplement pris avec une griffe et distribué directement à l'auge. Phase d’adaptation Lors de la transition entre le maïs et l’herbe, les deux associés estiment que tout s'est pas trop mal passé. “Il y a eu bien sûr une phase d'adaptation du troupeau; désormais nous en sommes à 5500 l de moyenne d'étable (en race Normande) à 35,2 de TP et 38,7 de TB (avant le foin : 36 de TP et 44 de TB), nous avons encore quelques progrès à réaliser”. Côté finances, le coût alimentaire a diminué : 55 euros aux 1000 l contre 93 auparavant. Les économies et les gains observés sur d'autres postes comme l'arrêt de l'ensilage maïs se monte à 31 euros/1000 l et diminue aussi sur celui du fuel (-2 euros/1000 l). Autre atout du foin séché, des conditions de travail plus agréables en hiver et moins de temps à passer dans la stabulation. Mais tout à un prix, le séchoir du gaec St-Martin passe la barre des 200 000 euros, subventionné à plus de la moitié.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité