Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Viande bovine
Mobiliser les éleveurs vers la filière

Le premier salon de la filière engraissement, Séfi’bov se tiendra en juin à Angers. Tout le grand ouest est concerné.

Les membres du comité de pilotage du futur salon Séfi’bov qui se tiendra les 28 et 29 juin, à Angers
Les membres du comité de pilotage du futur salon Séfi’bov qui se tiendra les 28 et 29 juin, à Angers
© AAR
La première région de France de production de viande bovine, les Pays de la Loire, propose à travers le Séfi’bov, salon de l’élevage et de la filière bovine, qui se tiendra à Angers les 28 et 29 juin prochains de faire la promotion de la viande bovine. Le projet englobe dans la démarche les autres régions du Grand Ouest, la Bretagne, la Normandie ainsi que le Poitou-Charentes. Cette initiative conjointe de Bovi-Loire, Urca bovins, Coop de France Ouest, la Chambre régionale d’agriculture  et la FRSEA, s’appuie sur un constat : la diminution des volumes alors que le secteur dispose d’importants outils. En cause, le vieillissement des éleveurs, la restructuration des outils, les crises successives, etc. “L’objectif est de maintenir la valeur ajoutée sur le territoire“, indique Ludovic Pageaud, du comité de pilotage. L’essentiel étant, dans un premier temps, de maintenir les volumes de production. “Cet événement fort que constitue Séfi’bov vise donc à mobiliser les éleveurs vers une production qui, actuellement, a retrouvé des couleurs et offre de véritables perspectives sur les marchés solvables”, souligne Guy Hermoët, également du comité de pilotage. La région des Pays de la Loire exporte 70 000 tonnes vers la Grèce, l’Italie, l’Allemagne, etc. Les récentes mesures prises en faveur de l’engraissement participent de cette relance. Implication de la filière Comme son nom l’indique, c’est l’ensemble de la filière qui est invitée à s’impliquer dans Séfi’bov. On en trouvera donc tous les échelons, de la production à la consommation, puisque la restauration hors domicile est visée dans la démarche. Une centaine d’exposants, de l’amont à l’aval, est attendue pour cette première édition, ainsi que tout ce qui touche à l’organi-sation de la filière, groupements de producteurs, associations, coopératives et les métiers de services. Les organisateurs espèrent aussi la venue de nombreux acheteurs, dont des étrangers. En ce qui concerne les animaux, l’ensemble des races bouchères permettant de produire de la viande (troupeau laitier et troupeau allaitant) sera rassemblé, ainsi qu’une présentation par lots et, pour chaque type et chaque race, le débouché spécifique. Des animations seront programmées autour des bonnes pratiques, des innovations en matière d’élevage… manipu-lation des animaux, démonstration de matériel d’alimentation automatique, classement des carcasses, identification électronique. Sont prévues également des conférences sur les attentes des acheteurs, les nouveaux produits à destination des consommateurs.   Reste que tout le monde n’est pas d’accord sur l’organisation d’un tel évènement, à l’instar des syndicats de races locaux qui craignent une concurrence avec un autre évènement le festival de Chemillé faisant, lui aussi la part belle à l’élevage bovin.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité