Aller au contenu principal

Etourneaux
Mobilisez-vous sur internet pour la reconnaissance de l’étourneau !

Un projet d’arrêté ministériel prévoit que l’étourneau sansonnet ne soit plus reconnu comme organisme nuisible dans la Manche. Réaction de Jean-Michel Hamel, chargé du dossier à la FDSEA.

Etourneaux : chaque département a du fournir une demande argumentée pour demander la reconnaissance de chaque espèce.
Etourneaux : chaque département a du fournir une demande argumentée pour demander la reconnaissance de chaque espèce.
© DR

Agriculteur Normand : L’étourneau avait été régulièrement classé comme espèce nuisible dans le département. Pourquoi ce changement ?

Jean-Michel Hamel : les textes régissant le classement ont changé. Auparavant la décision était du seul ressort du préfet du département. Dans plusieurs départements, des actions en justice d’associations environnementales avaient abouti à casser ces arrêtés. La décision relève donc maintenant du ministre du développement durable qui arrête la liste des espèces reconnues nuisibles par département et pour 3 ans. Chaque département a du ainsi fournir une demande argumentée pour demander la reconnaissance de chaque espèce.

AN : Comment cela s’était-il passé dans la Manche ?

JMH : Nous avions travaillé avec les services de l’Etat et tous les partenaires de la lutte contre les nuisibles (FDGDON, chasseurs, piégeurs agréés…) aux argumentaires pour les différentes espèces. Curieusement malgré des arguments solides pour l’étourneau et le corbeau freux, ces espèces avaient été exclues du projet d’arrêté soumis à la commission nationale chasse et faune sauvage du 28 juin dernier. En collaboration avec la FNSEA, nous avons déjà obtenu la réintégration du corbeau freux dans la liste des espèces reconnues. Il reste l’étourneau maintenant.

AN : L’étourneau ne serait donc plus un problème selon le ministère ?

JMH : Il est clair qu’affirmer que l’étourneau ne pose plus de problème à l’agriculture apparaît comme une ineptie pour tout éleveur ayant été concerné. Pertes de production et d’aliment, destruction de parcelles de blé et perte de temps sont malheureusement une réalité. Dans une étude réalisée en 2011 en collaboration avec la DDTM et la FDGDON, nous avons pu estimer que le coût annuel de l’étourneau pour les agriculteurs de la Manche oscillait entre 1 et 5 millions d’euros. Bref, c’est l’incompréhension la plus totale sur le retrait de l’étourneau.

AN : Quelles démarches sont envisagées ?

JMH : Face à une commission nationale assez houleuse compte tenu des incompréhensions sur les critères de choix du ministère pour reconnaître ou non une espèce comme nuisible, il a été décidé la mise en place d’une consultation publique avec un créneau assez court (voir encadré). Il est important que tous les agriculteurs concernés se rendent sur le site pour demander le classement de l’étourneau en nuisible. De nôtre côté, nous travaillons avec la DDTM pour transmettre un argumentaire complété et retravaillé au ministère.

Reconnaissance de l’étourneau comme nuisible : participez à la consultation publique avant le 24 juillet

Le projet d‘arrêté ministériel de classement des organismes nuisibles est soumis à consultation publique sur le site du ministère du développement durable (http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/nuisibles-g2). N’hésitez pas à vous y rendre pour réclamer la présence de l’étourneau dans les espèces reconnues comme nuisibles dans le département.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité