Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Coopération
Moins de brouettage en 2007 à Agrial

A quelques encablures de la moisson, Agrial coupe le ruban de ses nouvelles installations céréalières.

1,54 Me d’investissement et une capacité de stockage de 10 500 T en 5 cellules.
1,54 Me d’investissement et une capacité de stockage de 10 500 T en 5 cellules.
© TG
Le plan silos de la coopérative Agrial prend forme. Après la mise aux normes de diverses installations, coûteuses mais obligatoires, ce sont de nouvelles structures qui deviennent opérationnelles pour la récolte 2007. Lundi dernier, on a coupé le ruban à Chênedollé (près de Vire). Parallèlement, Cahagnolles et Moyaux sont bons pour le service. Optimiser la collecte Inauguré par le député/maire de Vire Jean-Yves Cousin, le site de Chênedollé (1,54 Me d’investissement) offre une capacité de stockage de 10 500 T en 5 cellules. "Il s’agit pour nous d’optimiser la collecte et de rationaliser notre organisation", a insisté Ludovic Spiers, directeur délégué d’Agrial. Ce site accueillera en effet les céréales collectées habituellement à Vassy (3 000 T) et Vire (2 500 à 3 000 T). Haro donc sur le brouettage puisque ce ne sont pas moins de 400 rotations de camions qui vont être économisées dans des périodes où les routes sont déjà chargées en touristes. Le transport intermédiaire se résume ainsi à sa portion congrue. Chênedollé est désormais directement connecté à l’export via le port de Caen et aux outils de transformation (à destination des filières animales) sans passer par la capitale régionale. "Ce nouvel outil, répondant aux normes HACCP, nous permet également de mieux gérer la qualité en facilitant l’allotement", fait remarquer Olivier Bourassin, directeur de la filière céréales. Reste encore à rapprocher Chênedollé de l’A84 pour gagner encore de précieuses minutes et à éviter que les habitations particulières viennent miter le périmètre des installations. Un souhait formulé par Gilbert Herpe (président d’Agrial) aux élus locaux. La cohabitation a ses limites. Th. Guillemot
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité