Aller au contenu principal
Font Size

Réduction d’intrants
Moins de phyto, avec la luzerne

Emmanuel Tirard, éleveur dans le bocage à Saint-Jean le Blanc, a rejoint en 2012, le réseau des fermes de référence Dephy-Ecophyto. Une démarche qu’il pousse au delà de la problématique phytosanitaire. Il faisait visiter sa ferme, mardi 11 juin, dans le cadre d’une opération nationale du réseau Dephy, relayée par la Chambre d’agriculture du Calvados.

© VM

De 35 à 40 %. C’est la part de luzerne ensilage, qu’Emmanuel Tirard, éleveur laitier à Saint-Jean le Blanc, dans le Calvados, apporte à ses laitières en ration hivernale. Un complément au maïs ensilage, qu’il a développé progressivement, jusqu’à arriver à 8-9 ha dans sa SAU  (Surface agricole utile) de 98 ha, dont environ la moitié de prairies permanentes. L’éleveur, pour qui la baisse de l’utilisation des intrants s’inscrit dans une démarche globale, a rejoint le réseau des fermes Dephy-Ecophyto en 2012. Dans le cadre d’une opération porte ouverte du réseau, organisée au niveau national et relayée dans le département par la Chambre d’agriculture, Emmanuel a fait visiter son exploitation, mardi 11 juin.

Gagner en autonomie
Au départ de ce choix d’implanter de la luzerne, l’éleveur réflechissait à augmenter son autonomie fourragère, mais aussi à limiter l’application de produits phytosanitaires. La luzerne étant cultivée sans engrais azoté, et avec peu ou pas de protection chimique, elle est aussi implantée pour plusieurs années, permettant d’allonger la rotation et de gagner encore sur le recours aux solutions chimiques, par une meilleure maîtrise des adventices, maladies et ravageurs. La luzerne devait aussi assurer à Emmanuel une sécurité fourragère, en cas de déficit hydrique.Mission accomplie en 2010 et 2011. L’éleveur a alors pu affourager en vert, la luzerne, alors que les vaches n’avaient plus rien à pâturer. Avec son système racinaire profond et pivotant, la légumineuse est une culture qui conserve un certain niveau de production, lorsque d’autres cultures souffrent de déficit hydrique.

Baisse du risque d’acidose
Avec l’introduction de luzerne et la valorisation maximale de l’herbe, Emmanuel Tirard a également amélioré la composition de la ration, en limitant les risques d’acidose. La part des
fibres, dans la ration hivernale, a augmenté jusqu’à représenter 35 %, et la part de l’amidon a baissé jusqu’à ne plus représenter que 20 %. En parallèle, les spores butyriques - dont on pouvait craindre une plus forte présence dans le lait, du fait de l’apport d’ensilage de luzerne - ont été très bien contenues.

Associer à une graminée
“En sortie d’hiver, ce sont les graminées associées à la luzerne, qui sont productives, observe David Delbecque, conseiller de la Chambre d'agriculture du Calvados. La luzerne ayant des besoins en température plus importants, elle n’entre réellement en production que plus tardivement. La durée de mise en place d’une luzerne peut monter jusqu’à cinq ans, sachant que la parcelle atteint son maximum de production les deuxième et troisième années. Par ailleurs, la luzerne est une plante qui n’aime pas les sols acides. L’apport d’écumes ou de chaux peut être nécessaire. C’est aussi une culture qui peut être semée sous couvert d’une autre”.

Quel avenir ?
Si la luzerne valorise bien la chaleur et supporte assez bien les déficits hydriques, elle supporte mal les excès d’eau. L’hiver 2012/2013 a cumulé les pires conditions climatiques pour les parcelles. “C’est une des grandes interrogations du moment, de   savoir si la motivation des éleveurs normands pour la luzerne, survivra à cette mauvaise année”,
observe David Delbecque.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
FDSEA 61 - Betterave jaunisse
(EN IMAGES) FDSEA et JA alertent: « le virus est partout »
Lundi 3 août, les JA et la FDSEA ont invité les responsables politiques ornais et la presse en bout de champ, à Aunou-sur-Orne.…
Publicité