Aller au contenu principal

GPLM
“Moins dépendre des phytos”

Le GPLM a tenu son assemblée générale, vendredi, aux Pieux. L’occasion de développer de nouvelles mesures environnementales/

Elus, délégués des producteurs, Sileban sont d’accord, “il faut arriver à diminuer les produits phytos”.
Elus, délégués des producteurs, Sileban sont d’accord, “il faut arriver à diminuer les produits phytos”.
© DR
Responsable du développement durable à Coop de France, M. Maillard, a développé devant les producteurs du GPLM réunis aux Pieux, les grands axes de la culture environnementale à court terme. “C’est clair, il faudra produire autant sur moins de surface et sans intrants supplémentaires”. Denis Onfroy, bien connu pour son engagement dans les mesures agro-environnementales, a de son côté confirmé qu’un nouveau programme de MAE allait démarrer. “Nous travaillons depuis des années sur le le sujet dans le Val de Saire. Les rendements ont progressé avec moins d’intrants”. Ce nouveau programme devait être basé sur le maintien de la lutte raisonnée et des rotations de cultures avec création de zones de régulation écologiques. Concrètement, 15% de chaque parcelle servira de zone tampon pour les intrants tout en servant aux cultures captives pour la lutte antiparasitaire. L’occasion pour le président du Sileban, Bernard Guillard, de souligner, “nous voulons diminuer notre dépendance aux phytos”. Sylvain Legrand, président du GPLM, s’est inquiété, comme beaucoup de professionnels de la filière, sur l’interdiction de certaines molécules dans les produits phyto, “alors que d’autres, qui pourraient être homologuer, ne sont pas rentables pour les firmes”. Au niveau des résultats, le GPLM a atteint un chiffre d’affaires de 37,4 millions d’euros. Le poireau a représenté 39% de l’activité), la carotte 21% et le navet, 14%. Le reste étant représenté par toute la gamme légumière présente dans le département. Côté apports, le Val de Saire pèse pour 55%. Si 2006 a été rentable en volumes et en prix, le premier trimestre 2007 s’est caractérisé par un marché dégradé, notamment sur le poireau.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Ensilage à l’ancienne : ça va taper de la goulotte dimanche 18 septembre 2022
Portée sur les fonts baptismaux en 2007 par une poignée de passionnés, la fête de l’ensilage (à l’ancienne) de Chaulieu aux…
Cocotte&Co - Osmanville
Clémence et Mathieu, éleveurs dans le Calvados, ne mettent pas tous leurs œufs dans le même panier
C’est lors d’une visite officielle de la Région Normandie, mardi 30 août 2022, que Clémence et Mathieu Cannevière, éleveurs à…
(EN IMAGES). Fête de l’ensilage (à l’ancienne) : Chaulieu cultive la réussite
Près de 4 500 personnes étaient à Chaulieu (50), capitale de l’ensilage, dimanche 18 septembre 2022. Matériels, public, soleil,…
Ouverture Chasse Orne
Chasse : ouverture dimanche 25 septembre 2022
La chasse ouvre dimanche 25 septembre 2022, dans l’Orne. Christophe de Balorre, président de la Fédération départementale, fait…
Foire de Lessay (Manche) : près de 450 animaux présents
Le Festival de l’élevage intégré dans la foire de Lessay depuis 1999 revient les 9, 10 et 11 septembre 2022. Une nouvelle fois,…
Vachement Caen
Vachement Caen : « la communication positive n’est pas nécessaire, elle est indispensable »
Questions à Jean-Yves Heurtin, président de la Chambre d’agriculture du Calvados. L'événement Vachement Caen a lieu le dimanche…
Publicité