Aller au contenu principal

GPLM
“Moins dépendre des phytos”

Le GPLM a tenu son assemblée générale, vendredi, aux Pieux. L’occasion de développer de nouvelles mesures environnementales/

Elus, délégués des producteurs, Sileban sont d’accord, “il faut arriver à diminuer les produits phytos”.
Elus, délégués des producteurs, Sileban sont d’accord, “il faut arriver à diminuer les produits phytos”.
© DR
Responsable du développement durable à Coop de France, M. Maillard, a développé devant les producteurs du GPLM réunis aux Pieux, les grands axes de la culture environnementale à court terme. “C’est clair, il faudra produire autant sur moins de surface et sans intrants supplémentaires”. Denis Onfroy, bien connu pour son engagement dans les mesures agro-environnementales, a de son côté confirmé qu’un nouveau programme de MAE allait démarrer. “Nous travaillons depuis des années sur le le sujet dans le Val de Saire. Les rendements ont progressé avec moins d’intrants”. Ce nouveau programme devait être basé sur le maintien de la lutte raisonnée et des rotations de cultures avec création de zones de régulation écologiques. Concrètement, 15% de chaque parcelle servira de zone tampon pour les intrants tout en servant aux cultures captives pour la lutte antiparasitaire. L’occasion pour le président du Sileban, Bernard Guillard, de souligner, “nous voulons diminuer notre dépendance aux phytos”. Sylvain Legrand, président du GPLM, s’est inquiété, comme beaucoup de professionnels de la filière, sur l’interdiction de certaines molécules dans les produits phyto, “alors que d’autres, qui pourraient être homologuer, ne sont pas rentables pour les firmes”. Au niveau des résultats, le GPLM a atteint un chiffre d’affaires de 37,4 millions d’euros. Le poireau a représenté 39% de l’activité), la carotte 21% et le navet, 14%. Le reste étant représenté par toute la gamme légumière présente dans le département. Côté apports, le Val de Saire pèse pour 55%. Si 2006 a été rentable en volumes et en prix, le premier trimestre 2007 s’est caractérisé par un marché dégradé, notamment sur le poireau.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité