Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

GPLM
“Moins dépendre des phytos”

Le GPLM a tenu son assemblée générale, vendredi, aux Pieux. L’occasion de développer de nouvelles mesures environnementales/

Elus, délégués des producteurs, Sileban sont d’accord, “il faut arriver à diminuer les produits phytos”.
Elus, délégués des producteurs, Sileban sont d’accord, “il faut arriver à diminuer les produits phytos”.
© DR
Responsable du développement durable à Coop de France, M. Maillard, a développé devant les producteurs du GPLM réunis aux Pieux, les grands axes de la culture environnementale à court terme. “C’est clair, il faudra produire autant sur moins de surface et sans intrants supplémentaires”. Denis Onfroy, bien connu pour son engagement dans les mesures agro-environnementales, a de son côté confirmé qu’un nouveau programme de MAE allait démarrer. “Nous travaillons depuis des années sur le le sujet dans le Val de Saire. Les rendements ont progressé avec moins d’intrants”. Ce nouveau programme devait être basé sur le maintien de la lutte raisonnée et des rotations de cultures avec création de zones de régulation écologiques. Concrètement, 15% de chaque parcelle servira de zone tampon pour les intrants tout en servant aux cultures captives pour la lutte antiparasitaire. L’occasion pour le président du Sileban, Bernard Guillard, de souligner, “nous voulons diminuer notre dépendance aux phytos”. Sylvain Legrand, président du GPLM, s’est inquiété, comme beaucoup de professionnels de la filière, sur l’interdiction de certaines molécules dans les produits phyto, “alors que d’autres, qui pourraient être homologuer, ne sont pas rentables pour les firmes”. Au niveau des résultats, le GPLM a atteint un chiffre d’affaires de 37,4 millions d’euros. Le poireau a représenté 39% de l’activité), la carotte 21% et le navet, 14%. Le reste étant représenté par toute la gamme légumière présente dans le département. Côté apports, le Val de Saire pèse pour 55%. Si 2006 a été rentable en volumes et en prix, le premier trimestre 2007 s’est caractérisé par un marché dégradé, notamment sur le poireau.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité