Aller au contenu principal

Oléoprotéagineux
Mycosphaerella : surveillez vos parcelles

Maladies de fin de cycle : de la surveillance.

Le mycosphaerella est une maladie très présente ces deux dernières années. Si les symptômes s’observent sur feuilles et sur tiges, c’est principalement sur siliques que portera la nuisibilité. Les conditions climatiques, 15-20 °C et l’humidité, sont encore favorables à son développement cette campagne. En cas de présence sur siliques, la maladie peut entraîner des éclatements de siliques et des pertes de rendement par égrenage non négligeables, pouvant aller jusqu’à 15 % en cas extrêmes.
En conditions favorables comme cette année, il est nécessaire de bien surveiller les parcelles pour éviter en cas de présence de la maladie, la montée sur siliques.
Le mycosphaerella se conserve sur les résidus de récoltes infectés et sur les semences. Si la ma-ladie a été observée, il est impératif d’enfouir les résidus de cultures afin de réduire le potentiel infectieux sur le secteur. Attention aux semences de ferme qui peuvent disséminer le champignon. Il est également préférable que la rotation ne comprenne pas d’autres crucifères sensibles à la maladie, avec un retour du colza tous les 3-4 ans.
Il n'existe aucune solution homologuée à ce jour sur ce pathogène. Toutefois, les traitements (famille triazoles) ciblés sur oïdium, pseudocercosporella, alternaria permettent d'en limiter l'impact.

Autres maladies sur siliques
Les parcelles n’ayant pas reçu de produits à base de triazoles lors de la protection contre le sclérotinia doivent être surveillées de très près pour éviter, en cas de présence de maladies (pseudocercosporella, alternaria…), la montée sur siliques.
Toutes ces maladies sur siliques sont difficiles à différencier entre elles. Cependant en général, ces dernières sont plus anecdotiques que l’oïdium et le mycosphaerella.

*Punch CS : produit retiré depuis le 2 avril 2008 (délai de distribution au 31/12/2008 - délai d’utilisation au 31/12/2009 - source ephy).

Attention aux pucerons cendrés !
Sur certains secteurs, les premières colonies de pucerons cendrés sont observées en bordure de parcelles. Ces insectes sont susceptibles de provoquer des avortements.
• Surveillez régulièrement le bord et l’intérieur des parcelles : une intervention limitée aux bordures, en zones infestées, est fréquemment suffisante.
• Si vous dépassez le seuil de 2 colonies/m², il est important d’intervenir sur votre culture avec un aphicide spécifique en respectant le délai avant récolte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité