Aller au contenu principal
Font Size

Oléoprotéagineux
Mycosphaerella : surveillez vos parcelles

Maladies de fin de cycle : de la surveillance.

Le mycosphaerella est une maladie très présente ces deux dernières années. Si les symptômes s’observent sur feuilles et sur tiges, c’est principalement sur siliques que portera la nuisibilité. Les conditions climatiques, 15-20 °C et l’humidité, sont encore favorables à son développement cette campagne. En cas de présence sur siliques, la maladie peut entraîner des éclatements de siliques et des pertes de rendement par égrenage non négligeables, pouvant aller jusqu’à 15 % en cas extrêmes.
En conditions favorables comme cette année, il est nécessaire de bien surveiller les parcelles pour éviter en cas de présence de la maladie, la montée sur siliques.
Le mycosphaerella se conserve sur les résidus de récoltes infectés et sur les semences. Si la ma-ladie a été observée, il est impératif d’enfouir les résidus de cultures afin de réduire le potentiel infectieux sur le secteur. Attention aux semences de ferme qui peuvent disséminer le champignon. Il est également préférable que la rotation ne comprenne pas d’autres crucifères sensibles à la maladie, avec un retour du colza tous les 3-4 ans.
Il n'existe aucune solution homologuée à ce jour sur ce pathogène. Toutefois, les traitements (famille triazoles) ciblés sur oïdium, pseudocercosporella, alternaria permettent d'en limiter l'impact.

Autres maladies sur siliques
Les parcelles n’ayant pas reçu de produits à base de triazoles lors de la protection contre le sclérotinia doivent être surveillées de très près pour éviter, en cas de présence de maladies (pseudocercosporella, alternaria…), la montée sur siliques.
Toutes ces maladies sur siliques sont difficiles à différencier entre elles. Cependant en général, ces dernières sont plus anecdotiques que l’oïdium et le mycosphaerella.

*Punch CS : produit retiré depuis le 2 avril 2008 (délai de distribution au 31/12/2008 - délai d’utilisation au 31/12/2009 - source ephy).

Attention aux pucerons cendrés !
Sur certains secteurs, les premières colonies de pucerons cendrés sont observées en bordure de parcelles. Ces insectes sont susceptibles de provoquer des avortements.
• Surveillez régulièrement le bord et l’intérieur des parcelles : une intervention limitée aux bordures, en zones infestées, est fréquemment suffisante.
• Si vous dépassez le seuil de 2 colonies/m², il est important d’intervenir sur votre culture avec un aphicide spécifique en respectant le délai avant récolte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité