Aller au contenu principal

Captages
Ne pas se laisser imposer un modèle

Réactions face à la mise en place de trois mesures agro-environnementales territorialisées (MAET).

Réserve d'eau potable de surface
Réserve d'eau potable de surface
© Dominique Poilvet

La profession réagit face à l'article paru dans l'Agriculteur Normand du 12 juillet, page 8. Il y était annoncé la signature de trois MAET dont se félicitait Réseau, le syndicat mixte de la gestion de l'eau.


Pour Pascal Desvages, vice-président de Captages 14, c'est une provocation de plus. “Cela fait trois ans que la profession répète que les MAET ne sont pas des solutions adaptées dans la problématique de la pré- servation de qualité de l’eau. La mesure n'est pas adaptée, ni dans la durée, ni dans les moyens. L'Agence de l'eau avait dit elle même que ces mesures ne correspondaient pas aux enjeux du dossier. Les surfaces souscrites, moins de 40 ha, sont ridicules au regard des 2 200 ha qu'occupent les aires d'alimentation de captages sur le département. C'est encore plus dérisoire si on rapporte le chiffre à la SAU totale. Quant-aux montants, ils ne correspondent pas à la contrainte. 3000 € par an pour une quinzaine d’hectares, le compte n’y est pas. La communication qui a été faite par Réseau autour des MAET est ressentie comme une provocation vis-à-vis de la profession et de tout le travail effectué”.

Yves Julien, président du Copa-eau enfonce le clou. " Que Réseau veuille communiquer sur ses actions, je le comprends, mais les MAET, ce n'est pas du tout le sujet. Cela ne répond pas du tout à la problématique, et ce n’est pas la réponse que les agriculteurs attendent. Les trois MAET souscrites répondent certainement aux préoccupations des agriculteurs concernés - apparemment deux sont en production biologique - mais cela ne répond pas à l’enjeu global. 40 ha, c’est bel et bien une goutte d’eau dans ce dossier. Les aires Grenelle s’étendent sur 25 000 ha dans le Calvados. Le vrai sujet, c’est la charte d’indemnisation sur laquelle nous travaillons avec le Conseil général”.

“Réseau a délibérément écarté la profession agricole pour mieux soudoyer les exploitants concer- nés, déplore Patrice Lepainteur, président de la FDSEA du Calvados. Sous couvert de reconquête de la qualité de l'eau, Réseau souhaite imposer son modèle, voire son idéologie, via l'agriculture biologique. Si des solutions doivent être trouvées, il faut d'abord nous apporter la preuve d'une dégradation de la ressource. Nous réclamons toujours un diagnostic. Si des difficultés se présentent, des solutions pourront être proposées, à conditions qu'on soit certain qu'elles sont efficaces. Je suis agacé de la communication faite par Réseau. Les solutions retenues doivent être transposables partout. L’agriculture biologique est une réponse parmis d’autres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité