Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Production laitière
Ne pas tomber en dessous de 2,2 lactations par animal

Le Contrôle Laitier tire la sonnette d’alarme : pas ou peu de stratégie de renouvellement des troupeaux.

Laurent Hédou, “le renouvellement du cheptel coûte cher aux éleveurs”.
Laurent Hédou, “le renouvellement du cheptel coûte cher aux éleveurs”.
© E.C.
Avec deux réunions sur le terrain, le Contrôle Laitier veut tirer la sonnette d’alarme : attention, sans stratégie de renouvellement du troupeau, l’éleveur pénalise son outil. Explications de Laurent Hédou, directeur de production du CL 50. - Pourquoi deux opérations de sensibilisation sur le terrain (Le Ham et Brécey) ? “Le département a un problème évident dans le renouvellement des troupeaux laitier, problème dont les éleveurs sont conscients. 110 d’entre-eux se sont déplacés à nos réunions. Par ailleurs, Vincent Jégou, technicien spécialisé de la Chambre d’Agriculture des Côtes d’Armor, a réalisé, pour la Bretagne, une étude sur le sujet; c’était notre intervenant au Ham et à Brécey. Dans la Manche, les vêlages se déroulent de plus en plus tard avec aujourd’hui un âge moyen de 32,6 mois. Quant au nombre de lactations réalisées par vache, elle se situe à 2,5. Bref, on s’aperçoit que les génisses restent plus longtemps à élever (3 ans) qu’à produire (2,5 ans). Enfin, le taux de mortalité dans les élevages manchois se situe à 12,1%. Imaginons que le nombre de lactations tombe à 2,2 ! Il n’y aura plus assez de génisses pour renouveler le troupeau laitier”. - Comment inverser cette tendance ? “Première interrogation : pourquoi réformer si tôt ? Les explications sont diverses : tout d’abord en raison de la reproduction (20 à 35% des réformes), après vient le problème des mammites/cellules (5 à 25%) puis la production de lait (15 à 25%), le reste des réformes étant lié à la fonctionnalité des animaux. Ensuite, l’on s’aperçoit que les génisses poussent les vaches en production dehors avec à la clé un renouvellement qui coût cher “. - Justement, quel est le coût actuel, moyen, de ce renouvellement ? “ 1050 euros pour du vêlage précoce, 1250 euros par vêlage tardif (au-delà de 32 mois) avec à la clé un coût respectif de 5 et 19 euros aux 1000 litres de lait”. Ce que nous, Contrôle Laitier, préconisons, c’est d’avoir un taux de renouvellement de 4 génisses aux 100 000 litres et surtout de calculer l’impact du renouvellement avec une formule toute simple, l’IER (Indice Économique de Renouvellement) : produit viande moins le coût de production des génisses élevées, divisé par le nombre d’UGB génisses, le tout étant divisé par le litrage “carrière” de la vache moyenne. Si l’IER est positif, cela montre que la gestion du renouvellement est maîtrisé”. - Une formule que l’on peut appliquer à chaque élevage ? “Oui, mais pour bien définir une stratégie, le Contrôle Laitier, par le biais de ses conseillers de terrain doit étudier, au cas par cas, la bonne solution avec l’impact économique dans chaque système”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité