Aller au contenu principal

Néosporose : attention aux tontes de pelouse

La néosporose provoque des problèmes de reproduction sur les vaches. A l'heure de la mise à l'herbe, le GDS du Calvados invite les éleveurs à la vigilance. La maladie peut notamment être transmise par les excréments des chiens. Cette contamination a été constatée dans plusieurs élevages du département.

Attention aux tontes des pelouses. Le panier peut contenir des crottes de chien et contaminer les génisses s'il est vidé dans leur pâture. (DR)
Attention aux tontes des pelouses. Le panier peut contenir des crottes de chien et contaminer les génisses s'il est vidé dans leur pâture. (DR)
© TG

llll Le geste peut paraître anodin. Après avoir tondu sa pelouse, l'agriculteur vide son panier sur la prairie qui jouxte sa maison. Les génisses raffolent de cette herbe fraîche.
Seul problème, la tondeuse n'a pas ramassé que l'herbe. Elle a également avalé les excréments du chien de la ferme.
« Dans le Calvados, nous avons le cas de plusieurs fermes, où des vaches ont été contaminées à cause de la tonte de pelouse. Elle peut être donnée aux poules, pas aux bovins. On n'y pense pas forcément. Pourtant, le risque de néosporose est bien réel », explique Anne Legoupil, technicienne du GDS du Calvados.
Transmission horizontale ou verticale
Deux voies de transmission de la maladie existent : horizontale ou verticale. Soit elle s'effectue de la mère au veau pendant la gestation. Soit les bovins s'infectent en consommant les aliments souillés par des excréments de chien. Celui-ci s'infeste en ingérant une délivrance contaminée. Il excrète ensuite le parasite dans ses fèces. « Le chien est friand des avortons et des délivrances. Tant que l'immunité ne se met pas en place, il excrétera le parasite. Se débarrasser du chien pour en reprendre un plus jeune n'est pas utile, car ce dernier risque de se contaminer également. Il faut aussi faire attention que l'animal ne crotte pas sur la paille des veaux ou sur la table d'alimentation », détaille Jean-François Rouland, vétérinaire du GDS 14. Cette contamination peut concerner plusieurs génisses d'une génération.

Avortements : 8 à10 % d'avortons positifs à la néosporose dans le Calvados
Les conséquences de la néosporose ne se révèlent pas faciles à chiffrer. Les statistiques du GDS donnent cependant une idée de l'impact de la maladie.  Les vaches et les génisses peuvent avorter après 3 ou 4 mois de gestation. Dans le département, 700 analyses d'avorton sont réalisées par an. Dans 8 à 10 % des cas, la sérologie se révèle positive à la néosporose. « Depuis 2008, les analyses à l'introduction révèlent également 4 à 5 % d'animaux », indique Jean-François Rouland.
Le GDS du Calvados propose des plans d'assainissement. Le troupeau est alors sondé avec 10 à 12 prises de sang sur les femelles. « On choisit les vaches. Quelques-unes doivent avoir un lien de parenté avec un cas positif. Si les bêtes positives ne sont pas de la même lignée, nous pourrons en déduire que la contamination est horizontale ». Selon les résultats,l'éleveur peut être orienté vers un plan de dépistage plus complet. Objectif : identifier les vaches et les génisses séropositives. Aucun médicament ou vaccin ne permet de lutter contre cette maladie. L'éleveur doit donc réformer prioritairement les bêtes touchées.

5 mesures de prévention
Les avortements
Déclarer tous les avortements et demander à votre vétérinaire de réaliser à chaque fois un protocole avortement (la néosporose sera automatiquement recherchée),
L'alimentation
Protéger les aliments des bovins d'une contamination par les déjections de chiens ou de renards. Tout canidé (chien, renard...) doit être considéré comme un facteur de risque en matière de Néosporose.
Les délivrances
Les délivrances, les avortons et les cadavres de veaux doivent être systématiquement tenus à l'écart de tout prédateur (chien, renard...) avant leur élimination.
Le vêlage
Les vêlages doivent se dérouler dans un local spécifique qui sera nettoyé et désinfecté après chaque utilisation.
Les achats
Rechercher la Néosporose à l'achat et signer un billet de garantie conventionnelle avec le vendeur.
Précautions à prendre
En plus des 5 mesures préventives à respecter, ne conservez pas de génisses de mères positives pour le renouvellement.
La transplantation embryonnaire sur des receveuses séronégatives peut être une alternative.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité