Aller au contenu principal

New Holland affiche ses ambitions sur le marché de l’ensileuse

“On veut retrouver une place de premier plan sur le marché de l’ensileuse”. Les propos d’Olivier Le Flohic, chef du service marketing & communication, témoignent des ambitions de New Holland sur un segment très concurrentiel.

Même pas peur ! Ainsi pourrait-on résumer la nouvelle stratégie de New Holland, déjà champion du monde de battage. La marque jaune a décidé de titiller ses concurrents sur le marché, étroit mais hautement stratégique, de l’ensileuse automotrice. Avec le FR Campus, qui a posé ses goulottes du 20 au 24 octobre dans les maïs d’Olivier Foucault à Vaudry (près de Vire-14), ce sont plusieurs centaines de clients potentiels, CUMA et ETA (Entrepreneur de Travaux Agricoles), qui ont pu tester, in situ, la gamme FR, de la 450 à la 850.

Haute qualité de coupe et coûts d’utilisation réduits
Exception faite de la FR700 aujourd’hui motorisée par un bloc Caterpillar 18 litres, la gamme FR est motorisée par FPT. Les deux plus petites répondent à la norme Tier 4i, la plus grosse à Tier 2 et les deux autres à Tier 3. Les quatre plus petites évolueront vers une solution tout SCR lors du prochain passage à la norme Tier 4f. Toutes bénéficient d’un suivi passif du sol sur les équipements frontaux. Grâce au système Autofloat, ce système peut être automatisé sur les trois plus gros modèles. Le fourrage est ensuite repris par les quatre rouleaux d’alimentation, dont l’un est équipé d’un détecteur de métal indiquant précisément la position du corps étranger. Un système de détection de pierre est en projet pour la nouvelle génération. Le système Hydroloc module en continu la vitesse de rotation de ces rouleaux et donc la longueur de coupe (4 à 22 mm avec un rotor 2 x 12 couteaux, 6 à 33 avec un 2 x 8). Malgré un rotor de 884 mm (le plus large du marché), le gabarit de l’ensileuse reste compact (3,48 m avec des pneus de 900 mm). Optionnelle, la transmission à quatre roues motrices propose un entraînement mécanique de l’essieu arrière garantissant une garde au sol de 50 cm. Un télégonflage à la demande
Par ailleurs, les FR disposent toujours du système Variflow, qui escamote les rouleaux éclateurs et abaisse la soufflerie pour réduire le besoin de puissance à l’ensilage d’herbe. Ces rouleaux éclateurs sont proposés en 99 dents et un différentiel de 22 % sur les deux petites machines, en 99 et 126 dents et un différentiel de 30 % sur les trois grosses.
Parmi les automatismes des FR, signalons l’Activeloc un système de modulation de la longueur de coupe en fonction de l’humidité (grâce à un capteur électrique dans la goulotte), le Powercruise 2 qui optimise la vitesse d’avancement en fonction de la charge moteur, pour un débit de chantier maximal, une consommation réduite et une longueur de coupe régulière, ou encore l’Intellifill composé d’un capteur infrarouge qui détecte et assure le remplissage automatique des remorques de chaque côté, sur une plage d’angle de 55° : inopérant au détourrage, ce système est efficace par temps de brouillard ou de nuit.
On peut également ajouter le guidage rang sur les becs maïs ou l’autoguidage par GPS.
Depuis une campagne, New Holland propose un capteur de rendement s’appuyant sur la déformation du canal d’alimentation : ce système nécessite comme le capteur d’humidité un étalonnage, pour chaque type de récolte. Enfin, le constructeur dispose également à son catalogue d’un détecteur de ligne haute tension.
Modèle : FR450, FR500, FR600, FR700 et FR850
Puissance maxi : 449, 516, 600, 685 et 824 ch
www.newholland.fr

De 1961 à 2014
1961 : sortie de la SP818, première ensileuse automotrice New Holland équipée d’un cueilleur à maïs 1 rang dans les plaines de Pennsylvanie.

1968 : sortie de la 1880. On monte en puissance.

1975 : on atteint la barre des 200 cv et on équipe la machine d’une soufflerie qui améliore le transfert.

1977 : la 1895 sort avec comme nouveauté exclusive le détecteur de métal. La course à la puissance se poursuit mais on gagne en sérénité avec cette innovation.

1979 : la 2100 consacre la conception du moteur en ligne qui grimpe alors à 300 cv. La visibilité en cabine s’est nettement améliorée.

1987 : au chapitre des innovations, protection du bloc hacheur, affûtage automatique des couteaux et réglage automatique du contre-couteau sur la 1905.

1995 : avec la gamme FX5 (450 ch), l’éclateur de grains s’invite.

1998 : la course à la puissance se poursuit, 571 ch pour la FX58.

2003 : changement de millénaire avec la gamme FX10 qui propose le réglage en continu de la longueur de coupe (Hydroloc) et l’entrainement hydrostatique des rouleaux d’alimentation.

2007 : après l’Hydroloc, la gamme FR9000 bénéficie des dispositifs MetaloTM et VariflowTM. Une gamme qui remporte le titre de machine de l’année au salon Agritechnica de Hanovre.

2011 : une série limitée FR aux couleurs noires et jaunes est proposée aux aficionados.

2014 : le FR Campus pose ses goulottes dans le Calvados pour ses universités d’automne de l’ensilage de maïs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité