Aller au contenu principal

Nicolas Hulot : l’appel d’Ushuaïa

« Ce doit être le début d’une guerre contre les pesticides ». Ainsi tonnait le ministre de la transition écologique le 11 août dernier après le jugement rendu à San Francisco dans l’affaire opposant un jardinier à Monsanto, la firme qui a mis au point et diffusé le glyphosate. Sauf que cette guerre aura désormais lieu sans lui. Nicolas Hulot a en effet fait une rentrée, ou plutôt une sortie, fracassante en annonçant ce mardi matin, à la surprise générale, son départ du gouvernement d’Edouard Philippe. Le numéro trois du gouvernement, et aussi sa personnalité la plus médiatique, aura donc assuré une sortie à la hauteur de sa réputation.

© Jennifer Jacquemart/PE

lll Certains ne pourront s’empêcher de voir dans cette démission comme un abandon face à la difficulté de la tâche. « Faites la guerre, mais sans moi » semble dire le désormais ex-ministre.

Faire la part des choses
Etre ministre, c’est s’exposer au carrefour de toutes les pressions et se confronter à la dure réalité de la société dans toutes ses composantes et sa complexité. C’est ce qui rend si difficile les arbitrages à rendre en ayant fait la part des choses sans céder plus à un lobby qu’à un autre. Ajoutons à cela le monde impitoyable de la politique et des médias, avec ses trahisons et ses coups bas, et l’on comprend qu’une personnalité issue de la société civile, sur des sujets aussi sensibles et controversés que la politique environnementale, ne tienne pas la distance et, finalement, claque la porte pour reprendre sa liberté et, qui sait (?), s’en aller méditer sur les terres lointaines de Patagonie chères à son cœur.

Un bilan
Arrivé en guest-star au gouvernement en juin 2017, il a vite éclipsé ses collègues. S’il estime que les orientations du gouvernement sont trop timides en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique, l’évolution « du modèle agricole » selon ses mots, la protection de la biodiversité, son bilan n’est pourtant pas vide, les agriculteurs en savent quelque chose. Témoin l’abandon du projet d’aéroport à No-tre-Dame-des-Landes (44), l’annonce d’un arrêt du glyphosate avant la date limite européenne, l’abandon des moteurs à explosion sur les voitures d’ici 2040, le rejet des néonicotinoïdes… Autant de dossiers sur lesquels son ombre plane encore.

Les doutes avant le coup de grâce
Ses seize mois boulevard Saint-Germain auront été émaillés de doutes affichés quant à son maintien au gouvernement. Certains auront vu le ministre revigoré par le jugement de San Francisco sur le glyphosate. D’autres auront vu dans son discours « va-t-en-guerre » un décalage avec son rôle de ministre. Peut-être cet épisode aura-t-il révélé l’ambigüité entre une mission qu’il s’est assignée et l’impatience de ses soutiens quant à ses résultats ?
La réunion avec les chasseurs à l’Élysée lundi dernier en présence de Thierry Coste, connu comme un habile lobbyiste du monde de la chasse, aura donc été le détonateur d’une démission pour le moins détonante !
Le Président de la République, à peine parti pour trois jours en Scandinavie, aura sans doute apprécié à sa juste valeur la dernière saillie médiatique de son « cher Nicolas ». Il subit là un revers qui déséquilibre l’édifice patiemment construit de son gouvernement à l’équilibre fragile. Quant au successeur de Nicolas Hulot, il aura bien de la peine à briller autant sur la scène médiatique et ne manquera pas de passer pour un terne.
Et comme d’habitude en pareil cas, ceux qui trouvaient Nicolas Hulot trop mou le regretteront avant longtemps. Ceux qui le trouvaient trop dur espèreront une meilleure écoute de son successeur. Sans garantie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité