Aller au contenu principal

Calvados
Nicolas Rondel : “j’ai réorganisé mon bâtiment”

Nicolas Rondel, jeune éleveur laitier à Saint-Georges-d'Aunay (Calvados), s'est installé en reprenant une ferme sur aire paillée. Par souci technique et pour le confort de travail, il est rapidement repassé aux logettes.

© AD

Q

ualité sanitaire du lait, propreté des vaches, gains de paille et organisation du travail. C'est pour tous ces aspects, que Nicolas Rondel, éleveur laitier à Saint-Georges-d'Aunay, a décidé de revenir à un système de bâtiment en logettes. Le jeune éleveur s'est installé en 2008, en reprenant une ferme, dont le grand bâtiment sur aire paillée a été destiné à accueillir le troupeau de 70 vaches laitières. “Dès le début, j'avais l'intention d'y installer des logettes, se rappelle Nicolas Rondel. C'était le système qu'avait choisi mes parents, et pour lequel j'étais le plus habitué. Après le premier hiver que les vaches ont passé sur aire paillée, cela m'a convaincu de repasser rapidement aux logettes. Je passais beaucoup trop de temps à nettoyer les vaches en salle de traite et j'ai eu des problèmes de mammites et de cellules dans le lait. Dès la sortie d'hiver, je me suis décidé à faire les travaux. Ceux-ci ont été réalisés durant l'été 2009. En trois semaines, tout était en place. L'installation a coûté environ 50 000 € tout compris. Je suis seul à travailler sur l'exploitation, je suis bien obligé de déléguer. Je n'ai posé moi-même que les tubulaires”. 110 places ont été créées dans le bâtiment, dont 25 ont été réservées pour les génisses, afin de les habituer. Le troupeau n'a pas eu de mal à s'adapter au nouvel aménagement. Les rares animaux à avoir été perturbés, s'y sont habitué en moins d'un mois.

Parer les vaches une fois par an
Pour concevoir l'aménagement, Nicolas s'est appuyé sur la plaquette éditée par la Chambre d'agriculture. Il a aussi été conseillé par Sylvain Kientz, le conseiller en bâtiments d'élevage de la Chambre d'agriculture du Calvados. “C'est important de bien calibrer l'écartement entre les tubulaires, en fonction du gabarit des vaches”, appuie Nicolas Rondel. Pour le choix du système de tubulaires, l'éleveur a fait confiance aux solutions que proposait l'entrepreneur le plus proche de chez lui, en choisissant la fixation au sol par spit, afin de garder la possibilité de moduler le pas. Chose qui n'a pas été nécessaire jusqu'à présent. “Je n'ai pas installé d'arrêtoir au sol, afin de ne pas être gêné pour le paillage quotidien. Les vaches s'avancent du même coup un peu de trop, et les vingt derniers centimètres de la logette se salissent plus rapidement. Mais je n'ai pas constaté de souillure des mamelles. Les logettes peuvent fragiliser les aplombs des animaux. Je fais parer les vaches tous les ans. Les plus sensibles, le sont une deuxième fois au cours de l'année, et les vaches passent au pédiluve une fois par mois”, détaille l'éleveur.

Moins de paille à stocker, du lisier à gérer
Les emplacements sont poudrés au bactéricide et paillés, directement sur le béton neutralisé. “J'utilise quatre rouleaux de paille par semaine alors qu'il m'en fallait quatorze auparavant”, observe Nicolas Rondel. L'éleveur a ainsi divisé par 3,5, ses besoins en paille, lui permettant de se libérer des capacités de stockage. En bout de course, les effluents sont récupérés sous forme de fumier et de lisier. “Pour moi, c'est une chance d'avoir les deux. Le lisier est un excellent engrais coup de fouet pour les prairies, et le fumier a un effet “retard” intéressant, pour amender des cultures comme le maïs”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
[CÔTÉ JEUNES] TIEA 2024 : Le lycée agricole de Sées repart avec la médaille d'or
Cinq établissements normands ont fait le déplacement à Paris, pour participer au Trophée international de l’enseignement agricole…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Publicité