Aller au contenu principal

Niveau de croissance des colzas en entrée hiver

Contexte météo
Globalement, les semis se sont déroulés dans de bonnes conditions jusque début septembre. En septembre, les cumuls pluviométriques ont été très contrastés à l’échelle même de micro-secteurs avec des effets +/- positifs sur la qualité des levées et sur la faisabilité des derniers semis.
Durant l’automne, le cumul des pluies a été supérieur aux normales sur une large partie de la région (notamment moitié Nord 76, Nord Manche et Ile-de-France). A l’inverse, la pointe Sud-Est de l’Orne est plutôt sur une tendance légèrement déficitaire en précipitations. Le mois d’octobre s’est distingué par un régime pluviométrique déficitaire dans tous les secteurs à l’inverse du mois de décembre particulièrement arrosé.
Après les semis, les températures ont été inférieures aux normales de saison jusqu’au 20 septembre environ. Le mois qui a suivi fut très doux et a contribué à la mise en place d’une biomasse satisfaisante pour la majorité des parcelles et un rattrapage correct des levées tardives. Depuis début novembre, les températures étaient relativement basses avant de repasser bien au-delà des normales dans les 8-10 derniers jours de décembre 2017.

Etat de croissance
des colzas
En Basse-Normandie, en entrée hiver, les poids verts atteignent 1,3 kg/m² en moyenne dans le Calvados (contre 0,4 en 2016) et 1,8 kg/m² dans l’Orne (contre 0,7 en 2016).
En Haute-Normandie, les colzas ont produit une biomasse moyenne de 1,04 kg/m² dans l’Eure (idem 2016) et 1,5 kg/m² en Seine-Maritime (idem 2016).
Par rapport à la moyenne pluriannuelle (2005-2016), les colzas ont produit 11 % de biomasse en plus en Normandie.
En Île-de-France (sauf 77), la biomasse fraîche moyenne atteint 1,8 kg/m² (contre 0,8 kg/m² en 2016). C’est environ 50 % de croissance en plus par rapport à la moyenne pluriannuelle (2007-016).

Les parcelles ayant reçu un apport organique avant semis ont produit 26 % de biomasse en plus que celles n’ayant rien reçu.

Dans les parcelles du réseau, l’absorption d’azote par le colza avant hiver s’élève à 80 U en moyenne en Basse-Normandie, 61 U en Haute-Normandie et 86 U en Ile-de-France Ouest

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité