Aller au contenu principal

Niveau de croissance des colzas en entrée hiver

Contexte météo
Globalement, les semis se sont déroulés dans de bonnes conditions jusque début septembre. En septembre, les cumuls pluviométriques ont été très contrastés à l’échelle même de micro-secteurs avec des effets +/- positifs sur la qualité des levées et sur la faisabilité des derniers semis.
Durant l’automne, le cumul des pluies a été supérieur aux normales sur une large partie de la région (notamment moitié Nord 76, Nord Manche et Ile-de-France). A l’inverse, la pointe Sud-Est de l’Orne est plutôt sur une tendance légèrement déficitaire en précipitations. Le mois d’octobre s’est distingué par un régime pluviométrique déficitaire dans tous les secteurs à l’inverse du mois de décembre particulièrement arrosé.
Après les semis, les températures ont été inférieures aux normales de saison jusqu’au 20 septembre environ. Le mois qui a suivi fut très doux et a contribué à la mise en place d’une biomasse satisfaisante pour la majorité des parcelles et un rattrapage correct des levées tardives. Depuis début novembre, les températures étaient relativement basses avant de repasser bien au-delà des normales dans les 8-10 derniers jours de décembre 2017.

Etat de croissance
des colzas
En Basse-Normandie, en entrée hiver, les poids verts atteignent 1,3 kg/m² en moyenne dans le Calvados (contre 0,4 en 2016) et 1,8 kg/m² dans l’Orne (contre 0,7 en 2016).
En Haute-Normandie, les colzas ont produit une biomasse moyenne de 1,04 kg/m² dans l’Eure (idem 2016) et 1,5 kg/m² en Seine-Maritime (idem 2016).
Par rapport à la moyenne pluriannuelle (2005-2016), les colzas ont produit 11 % de biomasse en plus en Normandie.
En Île-de-France (sauf 77), la biomasse fraîche moyenne atteint 1,8 kg/m² (contre 0,8 kg/m² en 2016). C’est environ 50 % de croissance en plus par rapport à la moyenne pluriannuelle (2007-016).

Les parcelles ayant reçu un apport organique avant semis ont produit 26 % de biomasse en plus que celles n’ayant rien reçu.

Dans les parcelles du réseau, l’absorption d’azote par le colza avant hiver s’élève à 80 U en moyenne en Basse-Normandie, 61 U en Haute-Normandie et 86 U en Ile-de-France Ouest

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité