Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Normande 61 valide son galop d’essai pour le National en 2021

L’association Normande 61 a organisé son assemblée générale, jeudi 1er août, chez Thomas Dumesnil, à Domfront-en-Poiraie (61). Suivaient un repas, le défilé des ambassadrices du département et une vente aux enchères. La journée, co-organisée avec Origen plus, a rencontré un franc succès : près de 600 repas ont été servis. Prochaine étape : le National.

« C’était une très belle journée pour les sponsors, l’association et le public. Près de 700 personnes sont venues dans une ferme pour voir des Normandes. Nous avons été à la hauteur ! » Au lendemain du jeudi 1er août, Thomas Dumesnil est ravi. La journée qu’il a organisée dans sa ferme, pour l’assemblée générale de Normande 61 - dont il est président - suivie de la vente aux enchères, est une « super réussite ».

2 000 € de moyenne
À partir de 15 h, 35 Normandes étaient mises aux enchères.
La vente était organisée avec Origen plus.
« Tous les animaux sont partis. Le record est à 4 400 € : une vache de 3  ans, fille de Fortain, qui présente un très bon pedigree, un super potentiel morphologique et son index la rend très prometteuse. »
La moyenne de la vente dépasse la barre des 2 000 €.

« 2021,  c’est pour nous »
« Nous avons relevé le défi, c’est une belle victoire, se félicite encore
l’éleveur. Une telle journée crée des liens entre les éleveurs, de Normandes ou pas, les non-éleveurs, les exposants. »
De quoi donner un regain de motivation, s’il en faut, à l’équipe de Normande 61 : « l’OS a validé notre candidature pour accueillir le national de la race en 2021. Il nous reste à trouver la ville où nous l’organiserons. On en rêvait. C’est officiel, 2021, c’est pour nous ! »

Mélanie Pieau
« Mettre en valeur la race »
« Je suis en BTS Acse en Bretagne. La journée est super. C’est une très bonne idée de réunir les agriculteurs. Mes parents sont éleveurs de Normandes à Saint-Hilaire-de-Briouze, ils viennent à chaque fois. La race Normande mérite d’être mise en valeur. L’organisation est très bien et il y a bons animaux à la vente. »

Pierre Laillé
« Voir les animaux »
« Je suis retraité de chez EDF mais je connais le domaine agricole. Je suis venu ici pour l’installation électrique du bâtiment. Aujourd’hui je suis avec ma femme Nicole et mes deux petites filles, Juliette et Capucine. Nous sommes venus pour que les petites voient les animaux. C’est comme le salon de l’agriculture en pleine campagne. »

 

Jean-Marie Heuzé
« La camaraderie »
« Je suis retraité depuis dix ans. J’étais éleveur de Normandes à Rouellé. Je connais Thomas car c’est un copain d’ensilage. Nos parents travaillaient ensemble, on a pris la suite. Une journée comme celle-là, il faut l’organiser : il y a de l’animation, l’ambiance est professionnelle, les animaux sont de qualité. Je suis venu par camaraderie. »

 

Pierre Guillemine
« Le plaisir »
« Je suis éleveur de 180 Prim’Holstein à Saint-Mars-d’Egrenne. Je suis là pour le plaisir, pour les exposants, pour voir les copains. Thomas a su mettre en avant les très bons animaux ornais et proposer des lots de qualité à la vente. La journée prouve la passion des éleveurs, leurs liens et leur fierté de présenter leurs bêtes. J’ai même acheté une Normande. »

 

Thomas Crampon
« Pour échanger »
« Je suis éleveur de Normandes de forme à Montmerrei, double actif. Je suis là en tant que président d’Envies : éleveurs normands viande en sélection. C’est une association régionale qui regroupe les éleveurs de Normandes culardes uniquement. Je vais voir des clients, échanger. La journée est très bien organisée, la vente est dynamique. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité