Aller au contenu principal

Daniel Epron et la filière bovine
“Notre première force : la proximité”

Les producteurs bovins, lait et viande, ont investi en 2008. 2009 démarre avec quelques signes de frilosité mais le pire n’est peut-être pas à venir. Tout dépendra en réalité des niveaux de cours pratiqués. L’analyse de Daniel Epron, président du Crédit Agricole Normandie.

On peut tout produire, partout dans le monde, eu égard aux notions de distances dont on s’affranchit de plus en plus. N’empêche, le consommateur veut savoir d’où vient la viande et la production locale le rassure.
On peut tout produire, partout dans le monde, eu égard aux notions de distances dont on s’affranchit de plus en plus. N’empêche, le consommateur veut savoir d’où vient la viande et la production locale le rassure.
© TG

Concernant les éleveurs bovins, quelle analyse financière faites-vous de l’année 2008 ?
Sur l’année 2008, les choses ne se sont pas trop mal passées. Dans un département comme la Manche, les investissements (en matériels ou bâtiments d’élevage) ont progressé de presque 20 % par rapport à 2007. Début janvier 2009, les trésoreries des éleveurs laitiers ou bovins viande étaient relativement saines. Attention cependant, on sent poindre à ce jour un peu de tension du côté des spécialisés viande.

Ces bons niveaux d’investissements 2008 vont-ils trouver un prolongement en 2009 ?
A ce stade, il est difficile de se prononcer. Tout dépendra des niveaux de trésorerie. L’autre élément, c’est la baisse des prix à la production. Si elle se poursuit, le niveau des investissements devrait baisser.

Le plan bâtiment et la mise aux normes des bâtiments d’élevage pourraient-ils se trouver impactés par une conjoncture défavorable ?
Notre région avait et a encore un réel besoin de mise aux normes. Elle a besoin aussi de moyens de productions confortables et compétitifs pour que les éleveurs puissent travailler dans de bonnes conditions. En ce sens, le Crédit Agricole Normandie est là et sera là encore demain pour les accompagner dans ces investissements. Néanmoins, chacun doit intégrer la réalité des prix de marché. C’est bien la condition pour que les éleveurs puissent répondre à leurs obligations de remboursement d’emprunts.

La crise boursière, financière, de confiance (...), touche-t-elle également notre agriculture dans ses outils amont ou aval ?
Nous vivons une interrogation car nous sentons là aussi une tension et un besoin d’accompagnement. Pour eux aussi, le prix des intrants, le prix des fournitures a augmenté. La demande des partenaires de l’agriculture est donc aussi à la hausse. Mais nous avons la chance, en Basse-Normandie, de disposer d’industries agroalimentaires et de fournisseurs à la santé financière satisfaisante. Ce qui devrait nous permettre de passer, sans trop de difficultés je l’espère, cette crise annoncée.

La mondialisation fait peur. On pense, en production bovine, au Brésil, à l’Argentine... Quels sont nos atouts locaux pour préserver le devenir de notre troupeau ?
Notre première force, c’est la proximité. On peut tout produire, partout dans le monde, eu égard aux notions de distances dont on s’affranchit de plus en plus. N’empêche, le consommateur veut savoir d’où vient la viande et la production locale le rassure. Ça restera son premier élément de choix . L’autre atout, c’est la qualité de nos produits et le savoir-faire de nos éleveurs.
Je suis donc convaincu que le Grand Ouest, et plus particulièrement la Manche, conservera la place qui est la sienne.

Manche : terre d’élevage ! Pourquoi ce lien si fort ?
“Sur un territoire qui totalise plus de 50 % de sa surface en herbe, par définition, l’élevage bovin (lait et viande) est roi. Citons aussi le cheval. Nous sommes le fleuron français de l’élevage équin avec une place de leader dans le domaine du trotteur et une place très enviée au niveau du galopeur”.

 

Vous êtes plutôt côte de bœuf ou bœuf bourguignon ?
“Je suis viandard donc j’aime les deux. Je me régale à chaque fois que j’ai de la viande dans mon assiette”.

 

Vous avez déjà goûté au hamburger ?
“Non. Ce n’est pas à cause de la viande qui est à l’intérieur mais c’est parce qu’il y a autour des ingrédients que je ne peux pas accepter.”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité