Aller au contenu principal

N’oubliez pas de composter

Le compostage du fumier fait désormais partie de l’offre de services des prestataires. La SARL Couture (Tracy Bocage-14) en a fait une de ses spécialités. Les avantages sont multiples. Visite de chantier en compagnie d’un éleveur bio et convaincu.

llll «Quasiment tout mon fumier passe en compostage. Sur prairie de fauche, j’épands 2 épandeurs par hectare le plus tôt possible avant la première coupe». Producteur bio à Tracy-Bocage (14), Carl Guilbert est un aficionado de cette technique qu’il éprouve depuis une quinzaine d’années et qui se développe de plus en plus en AB (Agriculture Biologique). De retour d’un voyage en Suisse, il indique même que «là-bas, ils bâchent les tas pour ne pas perdre d’ammoniac». Dans la colonne des plus, Carl liste «un volume diminué de 50 % donc moins de volume à épandre pour un coût d’épandage moindre. Un substrat homogène avec moins de paille et un tas qui a chauffé tuant au passage les mauvaises graines. Un compost qu’on peut épandre auprès des habitations donc une simplification du plan d’épandage...»

Grouper les chantiers
Au volant de la composteuse qui nécessite 150 à 160 cv, Richard Couture. L’entreprise fait de l’épandage clés en main avec un chargeur articulé, un épandeur 15 t DPA (Débit Proportionel à l’Avancement) ou bien encore un épandeur à lisier avec enfouisseur à dents (6 mètres) et pendillard. Elle y ajoute le compostage qu’elle souhaite promouvoir, apanage jusqu’alors du réseau CUMA.  Avec un débit de chantier de 14 t/mn, les andains de fumier (2,20 mètres de haut et 4 mètres de large), sont vite avalés. L’enjeu pour l’entreprise est donc de multiplier les chantiers selon des itinéraires routiers qui optimisent les déplacements. «La grosse période de travaux se situe en mars-avril pour les gars de la plaine pratiquant le semis simplifié», précise Richard. Autres demandeurs : les haras avec un fumier très pailleux que seul le compostage arrive à bien digérer.

Renseignements : 02 31 77 08 00
06 99 84 54 06 ou par mail
sarletacouture.tracy@orange.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité