Aller au contenu principal
Font Size

N’oubliez pas de composter

Le compostage du fumier fait désormais partie de l’offre de services des prestataires. La SARL Couture (Tracy Bocage-14) en a fait une de ses spécialités. Les avantages sont multiples. Visite de chantier en compagnie d’un éleveur bio et convaincu.

llll «Quasiment tout mon fumier passe en compostage. Sur prairie de fauche, j’épands 2 épandeurs par hectare le plus tôt possible avant la première coupe». Producteur bio à Tracy-Bocage (14), Carl Guilbert est un aficionado de cette technique qu’il éprouve depuis une quinzaine d’années et qui se développe de plus en plus en AB (Agriculture Biologique). De retour d’un voyage en Suisse, il indique même que «là-bas, ils bâchent les tas pour ne pas perdre d’ammoniac». Dans la colonne des plus, Carl liste «un volume diminué de 50 % donc moins de volume à épandre pour un coût d’épandage moindre. Un substrat homogène avec moins de paille et un tas qui a chauffé tuant au passage les mauvaises graines. Un compost qu’on peut épandre auprès des habitations donc une simplification du plan d’épandage...»

Grouper les chantiers
Au volant de la composteuse qui nécessite 150 à 160 cv, Richard Couture. L’entreprise fait de l’épandage clés en main avec un chargeur articulé, un épandeur 15 t DPA (Débit Proportionel à l’Avancement) ou bien encore un épandeur à lisier avec enfouisseur à dents (6 mètres) et pendillard. Elle y ajoute le compostage qu’elle souhaite promouvoir, apanage jusqu’alors du réseau CUMA.  Avec un débit de chantier de 14 t/mn, les andains de fumier (2,20 mètres de haut et 4 mètres de large), sont vite avalés. L’enjeu pour l’entreprise est donc de multiplier les chantiers selon des itinéraires routiers qui optimisent les déplacements. «La grosse période de travaux se situe en mars-avril pour les gars de la plaine pratiquant le semis simplifié», précise Richard. Autres demandeurs : les haras avec un fumier très pailleux que seul le compostage arrive à bien digérer.

Renseignements : 02 31 77 08 00
06 99 84 54 06 ou par mail
sarletacouture.tracy@orange.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
FDSEA 61 - Betterave jaunisse
(EN IMAGES) FDSEA et JA alertent: « le virus est partout »
Lundi 3 août, les JA et la FDSEA ont invité les responsables politiques ornais et la presse en bout de champ, à Aunou-sur-Orne.…
Publicité