Aller au contenu principal

Jean-François Le Meur et Patrick Hichard président et directeur d’Elvup (61)
Elvup : Nous avons toujours été aux côtés des agriculteurs et nous continuons à l’être

Malgré les mesures de confinement, Elvup réussit à maintenir 75 % de son activité en instaurant des règles de sécurité. Point de situation.

© DR

>> Comment Elvup s’est adapté aux mesures de confinement annoncées le 16 mars ?

Jean-François Le Meur : L’annonce du confinement a été soudaine. Nous avons décidé de suspendre les services dès le 17 mars pour analyser la situation et prendre des décisions concernant la poursuite de nos activités. Des pesées avaient été effectuées le 17 mars au soir dans des exploitations laitières, mais nous avons interdit aux agents d’y retourner le lendemain matin. Dans les jours qui ont suivi, les conseillers ont appelé tous les éleveurs chez qui ils interviennent pour évaluer leurs besoins.

Patrick Hichard : Nous avons maintenu 75 % de notre activité tout en respectant et en faisant respecter les barrières de sécurité. Les agriculteurs n’ont pas cessé de travailler, nous ne l’avons pas fait non plus car c’est notre rôle de les aider et de les accompagner à faire des produits de qualité. Nous avons toujours été à leurs côtés et nous continuons à l’être malgré cette période difficile.

 

>> Avez-vous continué d’assurer les contrôles de performances laitières dans les exploitations ?

J-F LM : Nous avons suspendu nos interventions la première semaine du confinement. Nous avons ensuite repris les pesées dans les élevages où les salles de traites permettent de respecter une distanciation physique d’au moins un mètre. Pour les salles de traites les plus étroites, nous proposons aux éleveurs de déposer le matériel nécessaire pour qu’ils réalisent eux-mêmes leurs prélèvements de lait. Nous appelons cela le protocole B. Un tiers des adhérents bénéficiait déjà du protocole B avant le confinement. Evidemment, nous sommes dépendants des laboratoires d’analyses, mais ceux-ci continuent leur activité.

P.H : Certains éleveurs ont refusé que les agents interviennent chez eux et vice-versa. Avant chaque passage en exploitation, les agents téléphonent à l’exploitant pour lui demander d’une part son accord, puis expliquer les modalités de l’intervention, vérifier si le respect des mesures de distanciation sont possibles, et si l’éleveur n’a pas de problèmes de santé particuliers. Si lors du contrôle, l’agent se rend compte que les règles de sécurité ne peuvent être appliquées, il peut décider d’interrompre l’intervention.

 

>> Quels moyens avez-vous mis en place pour assurer la sécurité des agents et des éleveurs ?

J-F LM : Nous avons équipé le personnel de visières et nous avons acheté des masques en tissus fabriqués par une association locale. Notre fédération s’est également procurée et nous a livré des masques chirurgicaux pour pouvoir intervenir chez tous nos adhérents et en toute sécurité. Nous fournirons également des masques aux éleveurs lorsque la distanciation physique sera difficile à garantir. Autrement, nous communiquons et rappelons régulièrement les gestes barrières et les règles de sécurité à respecter.

 

>> Quid de vos autres activités ?

J-F LM : Les rendez-vous dans les espaces confinés sont proscrits. Les interventions chez les éleveurs sont possibles uniquement en extérieur et avec l’accord de l’exploitant. Nous continuons le conseil aux éleveurs, notre cœur de métier, que ce soit à distance ou sur le terrain. Notamment en ce qui concerne la PAC, nous essayons de remplir le maximum de dossiers avant le 15 mai pour ne pas prendre le risque de décaler le paiement des aides européennes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité