Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Race normande
“Nous construisons un projet pour la race”

Jacques Legendre est président de l’organisme de sélection en Race Normande.A l’issue de l’assemblée générale, le 17 décembre au Haras du Pin, il a détaillé les chantiers à mener en 2014, et sa vision de l’avenir de la race.

© VM

Comment renouveler les éleveurs, et les effectifs de vaches en race Normande ?
Nous sommes très vigilents quant à l’évolution des effectifs.Ceux-ci se maintiennnent dans le
berceau de la race, mais ont
tendance à s’éroder ailleurs. A moyen terme, un travail est mené pour produire plus de femelles, notamment grâce aux semences sexées.C’est un projet qui fonctionne bien. Quant-au renouvellement des éleveurs, on a des jeunes motivés, notamment à travers de notre réseau “futurs architectes de la Normande” (FAN).On a des jeunes qui aiment les vaches et qui veulent s’installer, mais il faudra un effort des laiteries pour payer le lait.Travailler pour ne rien gagner, cela ne fonctionne pas. Le travail doit être reconnu de ce côté là aussi.En race Normande, il y a une bonne dynamique de la part des éleveurs. On l’a encore vu au cours des actions menées en 2013. Mais il nous faut des signes économiques forts.

Quelle sera la place de la race normande dans l’après-quota ?
Je ne pense pas que la France ait la culture du gigantisme.On peut aller trouver de la compétitivité dans des structures de taille moyenne, au travers de systèmes souples, vivables, économes, et avec une valorisation maximale des fourrages issus de l’exploi-tation agricole.C’est là qu’on pourra aller chercher des résultats supplémentaires. La normande a tous les atouts nécessaires pour relever ce défi.

Quels sont les chantiers pour 2014 ?
En 2014, nous allons continuer  un travail de fond sur l’avenir de la race Normande.Il s’agit d’imaginer ce que sera la race normande en 2050, ainsi que les systèmes d’exploitations.A l’issue de cela, c’est un vrai projet pour la race, que nous voulons faire émerger.Nous nous sommes fixés un horizon suffisamment lointain, permettant de libérer l’imagination et la créativité.La synthèse sera présentée en assemblée générale, au mois de juin 2014. En septembre, nous organiserons le CINOR, le conseil international de la race normande.Cela se déroulera au Haras du Pin, et nous voulons faire profiter de la grande manifestation des jeux équestres mondiaux, aux personnes qui se déplaceront de loin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité