Aller au contenu principal

Covid-19
« Nous étions prêts avant le déconfinement »

La SCEA La Légumière embauche près de 20 saisonniers pour les salades, les carottes et les oignons à Sannerville (14). L’exploitation agricole, qui n’a pas connu le confinement, a mis en place des mesures de protection contre le Covid-19.

SCEA LA LEGUMIERE
Dans le panier pour aller au champ, où la distance d’un mètre ne peut être respectée, le port du masque est obligatoire pour tous. DR
© DR

Le 17 mars, les Français sont confinés. Le travail de chez soi s’organise. « Le maraîchage, ça ne marche pas en télétravail », s’amuse David Hardy, exploitant agricole à Sannerville. Les productions : 30 ha de salades, 17 ha de carottes et 2 ha d’oignons. Il gère, en parallèle avec son frère, un groupement d’employeurs et une structure de production de fraises, framboises. Dès le mois de mars, sans savoir s’ils sont obligatoires, il fait « faire, par une connaissance de mon père, des masques en tissu. Nous avons commandé du gel hydroalcoolique et des visières en plexiglas », retrace l’agriculteur. À l’époque, l’équipe commence à planter les salades, à raison d’un lot par semaine. « Nous embauchions alors quatre ou cinq saisonniers plus les permanents. »

Personne sur la route

Au début de la crise, l’employeur ressent « du stress » lié à la pandémie. « Nous n’avions pas envie qu’un employé l’attrape, que l’équipe se retrouve en quarantaine. » Même son de cloche du côté des salariés : « au début, c’est un peu angoissant, mais ensuite, en respectant la distance d’un mètre et les gestes barrières, en se lavant les mains, ça va mieux », décrit Nicolas Zajewski, salarié permanent depuis un an. Il sourit : « ici, on n’a pas arrêté pendant le confinement. L’avantage, c’est qu’il n’y avait personne sur la route ». Sur la porte de la salle commune, dans la salle, sur la porte des vestiaires, etc. les consignes sur les gestes barrières sont affichées.

Deux tables et des consignes
Puis arrive le mois de mai et avec lui l’embauche de 18 saisonniers. « Nous cherchons du monde de début mai à fin octobre. Des personnes ponctuelles, qui assurent un travail physique au champ », décrit David Hardy. L’équipe était au complet avant la date de déconfinement du 11 mai. « Nous avions commencé juste avant le déconfinement. Nous fournissons des masques à tous les salariés. Son port est obligatoire dans le panier qui les emmène au champ. Ils ont de l’eau, du savon et du gel hydroalcoolique à disposition. J’ai installé une deuxième table pour pas qu’ils ne se retrouvent pas à plus de huit dans la salle à manger. Des visières sont à leur disposition et on demande à ce qu’il y ait une personne à la fois dans les vestiaires », énumère David Hardy. Il n’oblige cependant pas le port du masque dans les champs de salades, où la distance d’un mètre est respectée. « Les gens sont réceptifs, mais nous restons vigilants, car nous devons continuer à travailler. Les salades n’attendent pas. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité