Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Covid-19
« Nous étions prêts avant le déconfinement »

La SCEA La Légumière embauche près de 20 saisonniers pour les salades, les carottes et les oignons à Sannerville (14). L’exploitation agricole, qui n’a pas connu le confinement, a mis en place des mesures de protection contre le Covid-19.

SCEA LA LEGUMIERE
Dans le panier pour aller au champ, où la distance d’un mètre ne peut être respectée, le port du masque est obligatoire pour tous. DR
© DR

Le 17 mars, les Français sont confinés. Le travail de chez soi s’organise. « Le maraîchage, ça ne marche pas en télétravail », s’amuse David Hardy, exploitant agricole à Sannerville. Les productions : 30 ha de salades, 17 ha de carottes et 2 ha d’oignons. Il gère, en parallèle avec son frère, un groupement d’employeurs et une structure de production de fraises, framboises. Dès le mois de mars, sans savoir s’ils sont obligatoires, il fait « faire, par une connaissance de mon père, des masques en tissu. Nous avons commandé du gel hydroalcoolique et des visières en plexiglas », retrace l’agriculteur. À l’époque, l’équipe commence à planter les salades, à raison d’un lot par semaine. « Nous embauchions alors quatre ou cinq saisonniers plus les permanents. »

Personne sur la route

Au début de la crise, l’employeur ressent « du stress » lié à la pandémie. « Nous n’avions pas envie qu’un employé l’attrape, que l’équipe se retrouve en quarantaine. » Même son de cloche du côté des salariés : « au début, c’est un peu angoissant, mais ensuite, en respectant la distance d’un mètre et les gestes barrières, en se lavant les mains, ça va mieux », décrit Nicolas Zajewski, salarié permanent depuis un an. Il sourit : « ici, on n’a pas arrêté pendant le confinement. L’avantage, c’est qu’il n’y avait personne sur la route ». Sur la porte de la salle commune, dans la salle, sur la porte des vestiaires, etc. les consignes sur les gestes barrières sont affichées.

Deux tables et des consignes
Puis arrive le mois de mai et avec lui l’embauche de 18 saisonniers. « Nous cherchons du monde de début mai à fin octobre. Des personnes ponctuelles, qui assurent un travail physique au champ », décrit David Hardy. L’équipe était au complet avant la date de déconfinement du 11 mai. « Nous avions commencé juste avant le déconfinement. Nous fournissons des masques à tous les salariés. Son port est obligatoire dans le panier qui les emmène au champ. Ils ont de l’eau, du savon et du gel hydroalcoolique à disposition. J’ai installé une deuxième table pour pas qu’ils ne se retrouvent pas à plus de huit dans la salle à manger. Des visières sont à leur disposition et on demande à ce qu’il y ait une personne à la fois dans les vestiaires », énumère David Hardy. Il n’oblige cependant pas le port du masque dans les champs de salades, où la distance d’un mètre est respectée. « Les gens sont réceptifs, mais nous restons vigilants, car nous devons continuer à travailler. Les salades n’attendent pas. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité