Aller au contenu principal

Béatrice et Jany Goret
“Nous travaillons la génétique depuis les années 90”

Béatrice et Jany Goret ont accueilli sur leur exploitation la journée génétique spéciale normande, le 16 mai, à Saint-Agnan-sur Sarthe. Cela fait 20 ans qu’ils améliorent leur troupeau.

© AD

“Ma femme Béatrice et moi-même, nous nous sommes installés sur l’exploitation de mes parents en 1994 et en 1996 respectivement”, raconte Jany Goret, éleveur de normandes à la SCEA du Prieuré-de-la-Barre, à Saint-Agnan-sur-Sarthe, qui a accueilli sur son exploitation, le 16 mai, la journée génétique spéciale normande, organisée par le CIA de l’Aigle et les éleveurs de Normande 61. “Le troupeau laitier était déjà de race normande, mais c’est à l’issue de notre installation, que nous avons commencé à réellement améliorer la génétique du cheptel, avec un suivi par le contrôle laitier et le raisonnement minutieux des inséminations en fonction des qualités de chaque vache, se rappelle l’exploitant. Nous avons fait le choix de rester en normande, pour ses qualités laitières, fromagères et bouchères, et aussi car c’est la race de notre région”. S’il apprécie le caractère mixte de la race, Jany estime que c’est d’abord la production laitière qui fait le revenu. “C’est le lait que nous vendons tous les jours. La viande, c’est un plus qui vient à la fin”. Les exploitants sélectionnent leurs 67 vaches sur les taux protéiques et butyreux du lait, ainsi que sur la conformation de la mamelle, le point fort du troupeau. 

Système herbe-maïs
Le troupeau présente une production annuelle moyenne par vache de 7 283 litres de lait en équivalent “lait standard, pour un système fourrager mixte herbe-maïs, et un quota de 390 000 litres. La ferme cultive 30 ha de maïs, 60 ha de prairies et 90 ha de céréales. A l’occasion de la journée génétique spéciale normande qui s’est déroulée sur  leur exploitation, les éleveurs ont mis en vente une vache de bonne qualité génétique. Quant-à vendre un taureau reproducteur au centre d’insémination? “On n’y est toujours pas arrivé, mais on continue d’essayer. Aujourd’hui, cela va très vite. Avec le génotypage, il suffit d’une prise de sang sur le veau, pour savoir s’il sera conservé ou non”, explique Jany.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Eleveur laitier à bout de souffle : il s'en est sorti et il témoigne
Marcel, 35 ans, s’est installé en Gaec en 2009, dans le bocage ornais. Entre les investissements, l’installation d’une troisième…
panneaux solaires
Soleil 14, ou le cadastre solaire pour tomber dans le bon panneau
Soleil 14 est portée par le Syndicat départemental d’énergies du Calvados et les 16 intercommunalités du département. La…
Filière bovine - CONTRACTUALISATION
Contractualisation obligatoire des bovins : explications avec la FNB
Entre perte de liberté et visibilité sur trois ans, la contractualisation - obligatoire le 1er janvier 2022 - entre les éleveurs…
500 ch en bord de mer
Vincent Michel, ferme de la Saline dans le Calvados, a commandé avant l’été, le Fendt Vario 1050. Il est arrivé dans la cour de…
RENCONTRE FILIERE PORCINE FRSEA NORMANDIE
La production porcine à l’heure de la loi Egalim 2
Egalim 2, fin de la castration, crise du porc… les sujets n’ont pas manqué pour animer la réunion organisée par la FRSEA de…
Littoral Normand Déleg Génisses
Déleg Génisses : un service à la hauteur des attentes et en devenir
Un peu plus d’un an après son lancement par Littoral Normand, retour bilanciel sur Déleg Génisses, un service de délégation d’…
Publicité