Aller au contenu principal

Conseil Général de la Manche
Nouveau “Paris” pour la Manche

Une fois encore, le département met les petits plats dans les grands pour une semaine de présence au Salon de l’agriculture.

© EC

Le département et l’ensemble de ses filières agricoles au Salon de l’agriculture, c’est désormais une véritable saga. Drivée par Catherine Cousin, responsable du staff “communication”, cette présence sur l’espace Manche* a déjà rapporté beaucoup, à commencer par l’estime de la profession et deux prix nationaux en la matière. “On ne peut évidemment mesurer l’impact exact, indique Philippe Ripouteau, conseiller général en charge de l’agriculture, mais les retombées sont importantes, aussi bien pour les produits que le tourisme”. Il est vrai que ce salon, qui a bien évolué depuis trente ans, s’assimile beaucoup désormais à un espace de promotion des zones rurales. 650 000 personnes vont logiquement sillonner les allées. Si la Normandie éveille bien sûr des souvenirs, la Manche en abattant ses propres atouts depuis 2012 n’a pas manqué son but. L’édition 2014, se déroulant du 22 février au 2 mars, devrait être du même tonneau, de cidre bien sûr…

Terroir et tourisme
En duo avec Pascal Férey, président de la Chambre d’agriculture, Philippe Ripouteau a déroulé le programme des réjouissances. “Premier objectif, toujours la promotion des produits du terroir et le tourisme. Du coup, nous avons mis sur pieds une nouvelle campagne de promotion”. Campagne s’appuyant une nouvelle fois sur des visuels “décalés”. Ainsi la race Normande se juxtapose avec les fameux bayous de Louisiane, rappelant que la Manche est aussi un pays de marais. Idem pour les légumes, en l’occurrence la carotte des sables qui s’assimile à la steppe, alors que le mouton -notamment la race Roussine- s’élève dans un paysage qui n’a rien à envier aux Highlands d’outre-Manche. “Nous le savons, la communication au SIA doit se démarquer, provoquer même, pour être retenue par nos vacanciers”. Le message est donc clair, pas la peine d’investir des fortunes pour se dépayser. La Manche et ses paysages contrastés sont à moins de quatre heures de Paris.
Pascal Férey de son côté a mis en exergue l’aspect économique. “L’agriculture ? La première force économique du département. La Manche a réussi à se faire remarquer au Salon, alors que la concurrence entre les régions est rude. Nous sommes partenaires de l’opération pour porter aussi haut que possible la qualité de nos productions. Productions, ne l’oublions pas, qui font travailler de nombreuses entreprises”.

Temps forts
Et sur le stand, pas question de relâcher la cadence. Un exemple, deux fois par jour, des dégustations auront lieu (11 h et 15 h). Au menu : produits cidricoles (l’AOC Cotentin ne devrait plus tarder), légumes, viandes carnées, produits laitiers ou transformés, sans oublier ceux de la mer (huîtres notamment). L’occasion d’inviter une délégation de Jersey. La Manche jouera t-elle en solo toute la semaine? Pas tout à fait. Les relations avec les autres départements sont cordiales ; la Manche s’associera au stand Irqua-Normandie et son fameux “piano des chefs”.
Un bon stand sans animation ressemble à une marmite sans anses ; on l’admire, on voudrait y goûter mais on ne peut réellement la saisir. Du coup, Tendance Ouest, la radio départementale sera présente pour interviewer, s’étonner et détonner, en clair animer les quelques mètres carrés où se pressera la foule.
Trois temps forts à retenir. L’inauguration en fin de matinée dimanche 23 février. Lundi soir, cocktail dans les coulisses des éleveurs, venus comme d’habitude en force. Mercredi, inauguration du stand Normandie qui bénéficiera d’une présence forte des légumes manchois.
Quitte à monter un stand, le département en profite pour inviter quelques délégations de MFR et lycées agricoles. Cerise sur le gâteau, il se murmure en coulisses que trois jeunes manchois accompagneront le Président de la République lors de l’inauguration du SIA, samedi 22 février.
E. Charon

* : Pavillon Normandie,
Hall 7.2, allée G, stand 44

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité