Aller au contenu principal

Centium 36 CS
Nouvel herbicide de postlevée pour la betterave

La société Belchim vient d’obtenir l’extension d’usage de l’herbicide à la dose homologuée de 0,2 l/ha. Elle peut être fractionnée dans une “fenêtre de tir” précise du stade 2ème feuille étalée (BBCH 12) au stade 8ème feuille étalée (BBCH 18).

.
.
© DR

Cette autorisation vient récompenser 5 années d’essais et de nombreuses démarches et permet à la filière de disposer d’un atout supplémentaire pour gérer le désherbage. Centium 36 CS est particulièrement intéressant en complément du  mélange de base du type “Bétanal+Tramat” et en programme pour lutter contre les levées échelonnées et tardives de mercuriales, chénopodes, éthuses, morelles,  renouées liseron, renouée des oiseaux, renouée persicaire. Il faut toutefois faire attention à plusieurs points :
- il doit être utilisé en postlevée entre les stades 2 feuilles étalées et 8 feuilles étalées des betteraves, un créneau de 3 semaines environ.
- des symptômes de décoloration et de blanchiment des betteraves liés à ce produit sont fréquents. Dans les conditions normales d’utilisation, ils sont sans conséquence sur le rendement.
- pour une première année d’utilisation, l’ITB le recommande à la dose de 0,05 l/ha en complément du mélange de base du type “Bétanal+Tramat”. La dose de 0,1 l/ha en dernier traitement peut être utilisée pour prolonger la persistance d’action. L’ajout de Goltix 0.4-0.5 kg/ha ou de Venzar 0.1kg/ha est possible selon la flore.
- Il pourra s’utiliser en deuxième traitement (T2) mais le plus souvent en troisième (T3) voire quatrième traitement (T4) , donc après les T1 et T2 où d’autres produits sont normalement utilisés.
- L’efficacité est tributaire de l’humidité du sol.
Selon les références de l’ITB, c’est une “fenêtre de tir” de l’ordre de 3 semaines qui s’ouvre autour du  25 avril et se ferme autour du 25 mai pour un semis du 20 mars et qui s’ouvre autour du 1er mai pour se fermer autour du 31 mai pour un semis du 5 avril. Bien évidemment, ces dates sont des valeurs moyennes qui dépendent du climat de l’année, du type de sol et de son réchauffement.  Dans cette fenêtre se placent parfois un deuxième traitement mais le plus souvent classiquement un troisième voire un quatrième  traitement. La matière active clomazone agit principalement sur la germination des adventices et en conditions de sol humide permet le contrôle des levées échelonnées  par sa persistance d’action. L’ITB a étudié ce produit depuis 2005 dans 33 essais dans de nombreuses conditions agro climatiques, à la dose de 0,05 l en mélange avec “Bétanal+Tramat” additionné d’huile (Actirob) ainsi qu’en mélange avec Goltix ou Venzar.
Sélectivité-phytotoxicité : des décolorations et des blanchiments fréquents mais sans conséquences.
La phytotoxicité est favorisée en sols légers et à faible teneur en matières organiques en conditions humides. La phytotoxicité se manifeste par des décolorations et blanchiments des feuilles qui peuvent être importants. Ces symptômes disparaissent en 10 à 20 jours selon les conditions.  Ils n’ont pas eu dans nos essais de conséquences sur les rendements.  Compte tenu de la sensibilité de la betterave, il ne faut pas utiliser Centium avant le stade 2ème feuille étalée. En situation de levées échelonnées, attendre que la majorité des betteraves ait atteint le bon stade.
En l’absence de références, l’ITB ne recommande pas de l’utiliser avec des produits contenant du desmédiphame, ni avec un antigraminée, ni avec Safari, ni avec Lontrel. L’ajout de Goltix et ou de Venzar à faible dose est possible mais les décolorations peuvent être plus prononcées et plus durables. Les réponses à quelques questions nécessiteront  l’acquisition de références complémentaires :
- contradiction relative entre des traitements plutôt tardifs (T3, T4) et la nécessité de sols humides pour une bonne efficacité ;
- contradiction également avec l’intérêt de développer des binages pour remplacer le dernier traitement ;
- sélectivité/ phytotoxicité  de mélanges avec les autres herbicides de la gamme betterave ;
- Crucifères, matricaires, ammi majus, fumeterre, coquelicot sont peu sensibles...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité