Aller au contenu principal

Nuits blanches pour Foulards Noirs

Mercredi 16 mars à Bayeux (14), agricultrices et femmes d’agriculteurs se sont rassemblées afin de défendre leur métier ou leurs maris. Les Foulards Noirs ont défilé jusqu’à la préfecture pour exprimer leur “ras-le-bol” de passer des nuits blanches à cause de situations économiques catastrophiques. Insomnies...

© M. Malo

Elles étaient une cinquantaine à marcher dans les rues de Bayeux. «Les Foulards Noirs», c’est comme ça qu’elles se font appeler. Ce groupe de femmes d’agriculteurs ou d’agricultrices existe depuis moins d’un mois. Malgré son jeune âge, ce collectif a su rassembler bon nombre de sympathisants pour défiler mercredi dans la capitale du Bessin. Main dans la main, la solidarité féminine a prouvé sa force.

Militer et se faire entendre
C’est un ras-le-bol général. L’agriculture est en deuil aujourd’hui. D’où les foulards noirs. Il ne faut pas oublier qu’il y a toute une famille derrière chaque exploitation”, souligne Charlène Guérin, créatrice du mouvement. C’est aussi un hommage aux femmes d’agriculteurs qui se sont toujours battues, souvent dans l’ombre, pour leurs maris. Leurs objectifs ? Militer, se faire entendre, se battre contre les prix bas à la ferme et haut dans les linéaires pour sortir de cette crise qui ne touche pas que l’agriculteur mais tout ce qui dépend de lui.
Nous voulons montrer à la population que manger français est important. Mais le consommateur n’a pas à trinquer du grand écart des prix. J’ai une amie qui m’a dit qu’elle n’avait pas mangé de rosebeef depuis 1 mois,” s’exclame Stéphanie Anne, créatrice des Foulards Noirs.

La marche
Durant un après-midi,les rues de Bayeux ont été prises d’assaut. Les 5 femmes, à l’origine du collectif, ont mené la marche. Tracteur en tête, elles ont commencé devant le Crédit Agricole. La solidarité s’est vite fait ressentir. In fine, c’est une cinquantaine de femmes qui a distribué des prospectus aux passants et aux commerçants. Devant la sous-préfecture, les Foulards Noirs ont attiré les regards d’une quinzaine de gendarmes  mobilisés. Aucun incident à déplorer. Le message est bien passé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité