Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Coop Amélis
“Nymphe” attire 700 éleveurs

Organisée sous la houlette d’Amélis, la visite de l’earl du Bas-Montier, à Fontenay, a attiré la foule. Logique lorsqu’est présentée une Prim’Holstein à plus de 100 tonnes.

Yvon et Thérèse Loyaud avec, sur la gauche, Cécile Leprovost qui a vendu , en 1997, “Nymphe”.
Yvon et Thérèse Loyaud avec, sur la gauche, Cécile Leprovost qui a vendu , en 1997, “Nymphe”.
© E.C.
Rarement la petite commune de Fontenay, située entre Mortain et Saint-Hilaire du Harcouët, aura connu une telle affluence. 700 personnes ont découvert l’earl du Bas-Montier, drivés par M. et Mme Loyaud. Cerise sur le gâteau, la vision de “Nymphe”, une belle laitière Prim’Holstein qui, en cours de septième lactation, passe allègrement les 100 t de lait produit. Du talent Chez Amélis, on a donc décidé de mettre en relief des éleveurs qui tiennent la route à tous les niveaux. L’opération s’intitule “les éleveurs ont du talent”. Et justement M. et Mme Loyaud, du talent, ils en ont. Tout d’abord avec Yvon qui démarre dans le monde agricole comme vacher de remplacement, en 1982. Neuf ans plus tard, il s’installe avec quelques difficultés puisque son dossier passe deux fois en commission. “On avait du mal à croire que je puisse m’installer en 42 000 litres; dans le même temps, je continuais mon travail de vacher”. Nouvelle étape en 1994 avec l’arrivée de son épouse, Thérèse, et la création de l’earl. Aujourd’hui, le couple valorise 285 000 litres et l’exploitation est aux normes. L’occasion pour Yvon, lors du discours de présentation à la salle des fêtes, de remercier chaleureusement famille et amis et surtout son beau-père. Numéro 1 Le nouvel outil de production de l’earl du Montier, en place de puis le 20 mai dernier, est en fait la consécration d’un long travail . A la clé, l’élevage est numéro 1 de la liste dressée par notre confrère “PLM”. Il possède surtout une laitière qui a produit plus de 100 000 kg. Pour les responsables d’Amélis, “cette rencontre illustre la compétence des éleveurs. Dans une actualité agricole souvent morose, elle apporte des exemples positifs pour la filière agricole”. Lors de la visite de la ferme, les visiteurs ont d’ailleurs pu s’entretenir avec les cinq pôles dressés lors du parcours, en l’occurrence Contrôle Laitier 50, Bovins Croissance, PHF, PH 50, Guyomarc’h, Boumatic, Agrial ou encore le CER. La moyenne du troupeau de 35 laitières se situe à 10 746 kg (39,5-33,1). La salle de traite, toute neuve, est une 2X5, équipée en 2X4 avec décrochage et compteurs à lait mais aussi un détecteur de cellules. Au niveau de la conduite du troupeau, la tendance est au regroupement des vêlages avec un intervalle de 417 jours. Placée sous le signe de l’intensification, l’atelier lait dégage un revenu disponible supérieur à 7200 euros/an. Tous ces paramètres on d’ailleurs été commentés toute l’après-midi par les techniciens adéquats.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité