Aller au contenu principal
Font Size

Observatoire des prix et des marges : avoir deux temps de négociation

Présent à l’assemblée générale de la FDSEA 61, Xavier Beulin, président de la FNSEA a commenté le rapport Chalmin. Le dernier observatoire des coûts et des marges vient de sortir. Réaction en vidéo.

"Nous devons sortir de la logique actuelle qui fait que nous négocions à l’envers. On part de la distribution et on revient vers le producteur. Je demande aujourd’hui que nous remontions du producteur vers la distribution. Je suggère deux temps de négociations".
"Nous devons sortir de la logique actuelle qui fait que nous négocions à l’envers. On part de la distribution et on revient vers le producteur. Je demande aujourd’hui que nous remontions du producteur vers la distribution. Je suggère deux temps de négociations".
© dr

Année après année, le rapport Chalmin se ressemble. Faut-il une crise pour que ses conclusions soient entendues par les responsables politiques ?
D’année en année, on démontre  que le producteur est le plus mal servi dans la chaîne alimentaire. Nous devons capitaliser sur ce point-là. C’est notre travail à la FNSEA. Il faut que ce message soit entendu par nos partenaires de la filière et les pouvoirs publics. Quand je demande à Stéphane Le Foll ou au ministre des Finances de prendre en compte nos demandes dans cette loi de modernisation de l’économie, c’est parce que nous sentons qu’il faut parfois forcer la main de nos partenaires de l’aval. Elément nouveau, nous avons obtenu la possibilité, de manière dérogatoire, de pouvoir étiqueter l’origine agricole des produits transformés. Nous espérons que le consommateur acceptera de payer quelques centimes pour une origine française.

>> Pour une meilleure répartition des marges, une plus grande transparence des acteurs de la filière semble nécessaire. Est-ce réaliste alors que le numéro 1 du lait, Lactalis, ne publie toujours pas ses comptes ?
On verra ce que donnera la loi Sapin. Le gouvernement souhaite rendre obligatoire la publication des comptes pour les entreprises. Je m’en réjouis. Nous ne pouvons pas rechercher plus de transparence et une relation plus équitable si un des maillons mène sa petite vie de son côté. Bien sûr; le groupe Lactalis peut dire qu’il a une relation contractuelle directe avec les éleveurs. Cependant, je pense que nous devons aller plus loin. Je ne prétends pas que Lactalis ne paye pas bien les producteurs. Mais, cette opacité laisse une forme de suspicion. Soyons transparents jusqu’au bout.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
FDSEA 61 - Betterave jaunisse
(EN IMAGES) FDSEA et JA alertent: « le virus est partout »
Lundi 3 août, les JA et la FDSEA ont invité les responsables politiques ornais et la presse en bout de champ, à Aunou-sur-Orne.…
Publicité