Aller au contenu principal

Le rapport vient de sortir
OGM, une loi pour 2008

Le rapport émanant du Grenelle de l’Environnement vient de sortir. Analyse avec Jean-François Le Grand, président de l'inter-groupe.

Jean-François Le Grand (à gauche), "la Haute Autorité devra être installée le plus rapidement possible".
Jean-François Le Grand (à gauche), "la Haute Autorité devra être installée le plus rapidement possible".
© Sénat
Après les turbulences provoquées par les réactions successives de Jean-Louis Borloo et Michel Barnier, Jean-François Le Grand, président de l’inter-groupe “OGM”, par ailleurs président du conseil général de la Manche dévoile les grandes lignes du rapport. Quel constat sur les OGM aujourd’hui ? “La problèmatique sur ce dossier OGM, c’est son enlisement dans une ambiance déléthère. D’une part, la parole, sur le sujet, est confiquée par les firmes qui affirment que tout va bien, de l’autre par les opposants, qui s’accaparent les médias, en prônant un moratoire”. La réflexion de l’inter-groupe débouche sur quels paramètres ? “Premièrement, il faut redonner confiance en la connaissance. En clair, sortir du monothéisme et élargir la réflexion en prenant en compte les éléments économique et sociétal des OGM. Nous y arriverons par la mise en place d’une Haute Autorité, au moins nationale, sinon européenne. Elle permettra de prendre en compte l’expertise scientifique et de rendre un avis global et (ou) au cas par cas. Attention, cette Haute Autorité n’aura pas un pouvoir de décision mais elle donnera un avis au gouvernement. Enfin, elle devra avoir ses propres moyens de fonctionner. Bref, une structure qui analyse les faits et rend ses conclusions”. Une loi devra pourtant être promulguée pour encadrer l’utilisation, ou non, des OGM ? “Avant la fin du printemps 2008, une loi traitant non seulement des OGM mais aussi des biotechnologies, déclinant en particulier les principes du libre choix de produire et de consommer avec ou sans OGM, du pollueur-payeur et donc des problèmes d’assurance, de la transparence et de la participation citoyenne, sans oublier l’’évaluation préalable et continue de chaque OGM , sur les critères environnementaux et sanitaires et du développement durable devra être mise en place. Quant à la Haute Autorité, à mon avis, elle devrait être installée le plus rapidement possible, dès la fin du Grenelle de l’Environnement”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité