Aller au contenu principal

Guerre du lait
Olivier Chaventré : l’affaire de tous et pas celle de “toujours les mêmes”

Jeunes agriculteurs à Bernières-le-Patry (14), Olivier Chaventré appelle à la mobilisation de tous les producteurs de lait. “Savoir se mobiliser quelques heures pour obtenir un lait mieux payé tout au long de l’année”, résume-t-il.

Olivier Chaventré (responsable cantonal Jeunes Agriculteurs) : “nous sommes dans un bras de fer. Il faut que ça bouge encore plus. C’est l’affaire de tous !”
Olivier Chaventré (responsable cantonal Jeunes Agriculteurs) : “nous sommes dans un bras de fer. Il faut que ça bouge encore plus. C’est l’affaire de tous !”
© TG

Olivier Chaventré s’est installé le 1er juillet 2005 à Bernières-le-Patry sur une exploitation de polyculture/élevage de 83 ha. Seul à la tête de son troupeau laitier doublé d’un atelier taurillon, ce n’est pas le travail qui lui manque. Il a cependant pris de son temps pour participer au mouvement syndical orchestré par la FDSEA et les JA du Calvados contre l’industrie laitière et la grande distribution. Les enjeux sont de taille.

Perdre du temps pour gagner de l’argent
Il faut savoir perdre un peu (ndlr: du temps) pour gagner. Cette mobilisation d’une à deux journées pendant la semaine et en marge des négociations sur le prix du lait peut nous rapporter de l’argent”. Olivier Chaventré invite chacun de ses homologues à plonger son nez dans la paie de lait “d’autant plus qu’on ne sait même pas combien on sera payé en octobre”. Pour ce responsable cantonal JA (Jeunes Agriculteurs) et partant du principe qu’un mauvais accord vaut mieux que pas d’accord du tout : “il va falloir y aller”. Y aller “tant qu’on a la force de se battre”, insiste-t-il. Les enjeux sont de taille. Reconnaissant la bonne tendance conjoncturelle amorcée en 2007, Olivier Chaventré réclame non seulement son dû mais aussi une rémunération de son travail qui tienne compte de l’envolée du prix des intrants (énergie, engrais, aliments...). “Ce qu’on nous propose aujourd’hui, c’est quasiment 30 % de baisse. Qui peut l’accepter ? Notre métier n’est pas un loisir qui doit nous coûter de l’argent!”.

Regretté Modal’Prix
Comment et pourquoi en sommes-nous arrivés là ? “C’est la fin du Modal’Prix qui a foutu la mer(...)”, juge Olivier Chaventré. La note de la DGCCRF remettant en cause les préconisations concernant l’évolution du prix du lait a donc ouvert la porte d’une dérégulation non contrôlée. Entremont s’est engouffré dans la brèche, et sans réaction forte des producteurs de lait, les autres vont lui emboîter le pas. “Nous sommes confrontés à un grand problème de lisibilité. Comment mener une politique à long terme quand on ignore tout du court terme ? Faut-il investir et si oui à quelle hauteur ?”. Autant de questions que se pose Olivier pour lui et pour ses pairs.
Là par contre où il n’a pas de doute, c’est que les industriels du lait “se servent de notre pognon pour accorder des ristournes à la grande distribution.”
Animé par l’envie de se battre et de faire valoir ses droits, Olivier Chaventré pense “qu’il faut taper encore plus fort du poing sur la table”. Entre deux traites et même si ça complique forcément son quotiden, il reste mobilisé. “Et c’est l’affaire de tous”, lance-t-il en guise de conclusion.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité