Aller au contenu principal

Olivier Tapin, nouveau directeur de l’abattoir de Carentan

Le nouvel abattoir de Carentan devrait démarrer à la fin du second trimestre 2021.  Depuis le début novembre, un nouveau directeur, Olivier Tapin, a été recruté pour conduire à bien le chantier, et assurer la mise en œuvre de cet outil de proximité. 

OLIVIER TAPIN, ABATTOIR DE CARENTAN
Depuis le début novembre, un nouveau directeur, Olivier Tapin, a été recruté pour conduire à bien le chantier, et assurer la mise en œuvre de cet outil de proximité.
© DR

Le chantier de l’abattoir de Carentan se poursuit. Il devrait être en service au cours de l’année 2021, « avant l’été », espère Jean-Claude Colombel, président de la communauté de communes de la baie du Cotentin (CCBDC). Si l’étude de faisabilité remonte à 2015, les étapes se sont enchainées, notamment le dossier « installation classée », qui a pris pas moins de 10 mois. Mais désormais, l’abattoir est bel et bien sorti de terre. Avec un coût proche de 9 millions d’euros et d’une capacité de 2 500 à 3 000 T, c’est un « outil de qualité et un abattoir de proximité », que les élus, avec la profession agricole, souhaitent ouvrir « au bénéfice des éleveurs », prévient l’élu.  

Un challenge

Pour le nouveau directeur, Olivier Tapin, qui a pris ses fonctions début novembre, « c’est un challenge intéressant ». Ce Manchois d’origine a fait ses armes dans le milieu agroalimentaire en commençant pendant 10 ans chez Sovico (désormais Socopa) avant de prendre la direction de Florette à Lessay de 2011 à 2018. Après deux ans passés au Canada comme directeur des opérations chez Saladexpress, il est revenu sur ses terres natales. Et sa candidature spontanée a fait de lui « l’homme de la situation » pour conduire le chantier, suivre les travaux, constituer les équipes… « On part de zéro. Et l’objectif sera d’atteindre l’équilibre au bout de 12 à 18 mois », assure-t-il.
Bovins, porcs, veaux, ovins y seront abattus. « Comme tous les abattoirs publics, nous serons prestataire de services. Nous ne sommes pas là pour acheter.  Il s’agit pour nous de répondre à la demande locale, et permettre aux éleveurs de limiter les déplacements pour leurs animaux », explique Olivier Tapin.

Créer une SCIC

Désormais, les élus, avec les différents partenaires et la profession agricole, convergent vers la création d’une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif).  « Nous avons intérêt à travailler ensemble pour se doter d’un outil de qualité. Tous ensemble, nous allons réussir ce projet qui à termes permettra de distribuer et valoriser nos produits au plus près », assure Jean-Claude Colombel. Des discussions sont également engagées avec l’abattoir du sud manche, basé à Grandparigny, aux portes de Saint-Hilaire-du-Harcouët.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité