Aller au contenu principal

Orne
OP Lactalis : dans l’attente des négociations

L’OP Lactalis Orne fait salle comble à Briouze pour la remise des contrats Lactalis. Même consigne : “surtout ne rien signer avant le mot d’ordre du national. Les négociations sont en cours”.

© HB

Lors de la remise des contrats aux éleveurs qui les avaient confiés à l’OP Lactalis Orne le 2 mars dernier, Max Vié, président, a tenu à souligner “la forte mobilisation de l’Orne lors de la manifestation parisienne. Nous étions nombreux, unis et décidés. Nous pouvons être fiers de notre engagement. Nos actions portent leurs fruits. Nos espérons aller vers un contrat équilibré”. En effet, l’Orne a fait forte impression avec plus de 380 contrats récupérés. “Nous nous sommes mobilisés fortement. C’est du temps, de l’investissement mais on a joué le jeu. Ce n’est pas le cas de toutes les OP”, regrette le président. “Les groupements usine sont parfois pieds et poings liés. Notre force c’est notre indépendance. Nous n’avons pas à rendre de compte à Lactalis. Nous pouvons en être fiers”, estime Max Vié.

De petites avancées, une confiance intacte
“Le nombre de contrats non signés a pesé dans le bras de fer contre Lactalis. Nous avons réussi à reculer l’échéance du 31 mars (dernier délai pour signer selon la laiterie) au 30 avril. Un vrai point positif, qui va permettre aux coordinateurs nationaux de travailler sur les différentes clauses qui ne nous conviennent pas”. Et d’ajouter : “c’est un travail qui s’effectue avec la confiance des agriculteurs. Pour preuve aujourd’hui, certains producteurs de lait souhaitaient nous confier leur contrat
jusqu’au 20 voir 25 avril”.
Des propos constatés sur le terrain “J’ai l’impression que l’action est visible et aide dans les négociations. J’attends le mot d’ordre des responsables
pour signer”, rapporte un agriculteur de Saint-Siméon venu assister à la réunion. “C’est la bonne démarche”, atteste Max Vié.

La prudence s’impose
“Il faut être prudent. Aujourd’hui, rien n’est signé. Les négociations sont notamment entre les mains de la FNPL. Leur appui juridique (Nrdl : action en justice entreprise contre le groupe Lactalis pour clauses abusives dans les contrats) est essentiel. Nous les remercions d’avoir pris le parti des OP. Nous sommes soutenus dans nos démarches”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité