Aller au contenu principal

Orne
OP Lactalis : dans l’attente des négociations

L’OP Lactalis Orne fait salle comble à Briouze pour la remise des contrats Lactalis. Même consigne : “surtout ne rien signer avant le mot d’ordre du national. Les négociations sont en cours”.

© HB

Lors de la remise des contrats aux éleveurs qui les avaient confiés à l’OP Lactalis Orne le 2 mars dernier, Max Vié, président, a tenu à souligner “la forte mobilisation de l’Orne lors de la manifestation parisienne. Nous étions nombreux, unis et décidés. Nous pouvons être fiers de notre engagement. Nos actions portent leurs fruits. Nos espérons aller vers un contrat équilibré”. En effet, l’Orne a fait forte impression avec plus de 380 contrats récupérés. “Nous nous sommes mobilisés fortement. C’est du temps, de l’investissement mais on a joué le jeu. Ce n’est pas le cas de toutes les OP”, regrette le président. “Les groupements usine sont parfois pieds et poings liés. Notre force c’est notre indépendance. Nous n’avons pas à rendre de compte à Lactalis. Nous pouvons en être fiers”, estime Max Vié.

De petites avancées, une confiance intacte
“Le nombre de contrats non signés a pesé dans le bras de fer contre Lactalis. Nous avons réussi à reculer l’échéance du 31 mars (dernier délai pour signer selon la laiterie) au 30 avril. Un vrai point positif, qui va permettre aux coordinateurs nationaux de travailler sur les différentes clauses qui ne nous conviennent pas”. Et d’ajouter : “c’est un travail qui s’effectue avec la confiance des agriculteurs. Pour preuve aujourd’hui, certains producteurs de lait souhaitaient nous confier leur contrat
jusqu’au 20 voir 25 avril”.
Des propos constatés sur le terrain “J’ai l’impression que l’action est visible et aide dans les négociations. J’attends le mot d’ordre des responsables
pour signer”, rapporte un agriculteur de Saint-Siméon venu assister à la réunion. “C’est la bonne démarche”, atteste Max Vié.

La prudence s’impose
“Il faut être prudent. Aujourd’hui, rien n’est signé. Les négociations sont notamment entre les mains de la FNPL. Leur appui juridique (Nrdl : action en justice entreprise contre le groupe Lactalis pour clauses abusives dans les contrats) est essentiel. Nous les remercions d’avoir pris le parti des OP. Nous sommes soutenus dans nos démarches”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité