Aller au contenu principal

Orne
OP Lactalis : dans l’attente des négociations

L’OP Lactalis Orne fait salle comble à Briouze pour la remise des contrats Lactalis. Même consigne : “surtout ne rien signer avant le mot d’ordre du national. Les négociations sont en cours”.

© HB

Lors de la remise des contrats aux éleveurs qui les avaient confiés à l’OP Lactalis Orne le 2 mars dernier, Max Vié, président, a tenu à souligner “la forte mobilisation de l’Orne lors de la manifestation parisienne. Nous étions nombreux, unis et décidés. Nous pouvons être fiers de notre engagement. Nos actions portent leurs fruits. Nos espérons aller vers un contrat équilibré”. En effet, l’Orne a fait forte impression avec plus de 380 contrats récupérés. “Nous nous sommes mobilisés fortement. C’est du temps, de l’investissement mais on a joué le jeu. Ce n’est pas le cas de toutes les OP”, regrette le président. “Les groupements usine sont parfois pieds et poings liés. Notre force c’est notre indépendance. Nous n’avons pas à rendre de compte à Lactalis. Nous pouvons en être fiers”, estime Max Vié.

De petites avancées, une confiance intacte
“Le nombre de contrats non signés a pesé dans le bras de fer contre Lactalis. Nous avons réussi à reculer l’échéance du 31 mars (dernier délai pour signer selon la laiterie) au 30 avril. Un vrai point positif, qui va permettre aux coordinateurs nationaux de travailler sur les différentes clauses qui ne nous conviennent pas”. Et d’ajouter : “c’est un travail qui s’effectue avec la confiance des agriculteurs. Pour preuve aujourd’hui, certains producteurs de lait souhaitaient nous confier leur contrat
jusqu’au 20 voir 25 avril”.
Des propos constatés sur le terrain “J’ai l’impression que l’action est visible et aide dans les négociations. J’attends le mot d’ordre des responsables
pour signer”, rapporte un agriculteur de Saint-Siméon venu assister à la réunion. “C’est la bonne démarche”, atteste Max Vié.

La prudence s’impose
“Il faut être prudent. Aujourd’hui, rien n’est signé. Les négociations sont notamment entre les mains de la FNPL. Leur appui juridique (Nrdl : action en justice entreprise contre le groupe Lactalis pour clauses abusives dans les contrats) est essentiel. Nous les remercions d’avoir pris le parti des OP. Nous sommes soutenus dans nos démarches”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité