Aller au contenu principal

Suivi agronomique des terres
Opération réussie sur le Val de Vire

Protéger les ressources en eau tout en optimisant leurs apports organiques? Les agriculteurs n’hésitent plus à s’engager dans ce type de projet.

Philippe Gosselin, président du SMVV, “l’agriculture est une activité importante”.
Philippe Gosselin, président du SMVV, “l’agriculture est une activité importante”.
© E.C.
Une cinquantaine d’agriculteurs du Val de Vire on pris connaissance du bilan de suivi agronomique effectué par le syndicat mixte, lors d’une réunion, mardi matin, à Moyon. Démarche pilote Depuis 2000, une démarche pilote permet à tous les agriculteurs du Saint-Lois de bénéficier d’un soutien financier (sur trois ans) pour réaliser un suivi concernant les analyses de sol et d’engrais de ferme. Philippe Gosselin, président du syndicat du Val de Vire (SMVV) souligne, “le volet agricole est très important. Une de nos premières actions a été le PMPOA, à la fin des années 1990. Aujourd’hui nous nous occupons des plans de fumure en liaison notamment avec la Chambre d’Agriculture”. Pour le SMVV, le bilan est d’ores et déjà satisfaisant “mais il faut revoir avec les agriculteurs ce qui peut être amélioré”. Lutter contre la pollution L’objectif de cette opération était avant tout de mieux gérer la matière organique issue des exploitations, lutter contre la pollution diffuse notamment des nitrate, le tout pour protéger les ressources en eau du secteur (56 communes). Sur les 675 exploitations professionnelles, 304 se sont inscrits dans l’opération. “663 suivis agronomiques ont été réalisés sur 6 campagnes culturrales, avec l’aide de partenaires aussi divers que le conseil général, l’agence de l’eau, le Lano, la fédération des négociants ou encore des conseillers de coopératives ou du privé”. En final, 60% des agriculteurs concernés étaient en excédent (les 3/4 sur des cultures maïs, le reste concerne les prairies ou les céréales). Après trois années de suivi, ces excédents ont été corrigés. “Concrètement, nouus avons mis en place un plan de fumure prévisionnel. Celui-ci a permis de prévoir, en fonction des cultures en place et de leurs rendements prévisibles, des apports en chaux, azote, phosphore et potassium en se fondant sur une fertilisation équilibrée”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité