Aller au contenu principal

FDSEA et JA de l'Orne
Opération stickage chez Carrefour et Leclerc d’Alençon

Pour faire pression sur les grandes marques qui ne se soucient pas de l’origine de leur approvisionnement, les producteurs de porcs ont décidé de “sticker” les produits de charcuterie salaison qui n’affichent pas le logo VPF.

Répondant au mot d’ordre de la FNP , les producteurs FDSEA/JA de l’Orne ont mené lundi une opération de stickage aux Carrefour et Leclerc d’Alençon. En ligne de mire : les produits de salaisons et de charcuterie à origine indéterminée. Une façon d’alerter les transformateurs, via la grande distribution et les consommateurs, sur l’impérieuse nécessité de privilégier la VPF (Viande Porcine Française) afin de faire remonter les cours. “L’envolée des cours du blé équivaut à un surcout alimentaire de 20 cts/kg de porc produit, explique Dominique Jouandet, président de la section “Porc” de la FDSEA de l’Orne. A la fin de l’année, on sera à 30 cts/kg”.

Un avenir compromis
C’est donc l’avenir même de la production porcine dans le département qui est menacé si les cours ne remontent pas la pente. D’autant plus “que les 3/4 des aides de trésorerie de 2007 restent à rembourser”, souligne Patrick Julien, producteur à Banvou. 
Du côté de la grande distribution, on dit “comprendre les éleveurs de porcs”. Dans les rayons, si la viande fraîche affiche son origine française, lardons et jambons sont beaucoup moins transparents. Un bon point cependant pour “Repères” (marque distributeur Carrefour) qui, même si elle n’est pas estampillée VPF, est bien d’origine française.
Pour éviter tout risque de confusion, il serait préférable que le logo tricolore VPF se généralise dans les linéaires sur tous les produits qui peuvent y prétendre. En attendant, la délégation FDSEA/JA est repartie dans le calme. “Mais attention, les producteurs de porcs sont à bout”, s’alerte Dominique Jouandet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité