Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Orne : Bienvenue à la ferme s'étoffe toujours

Dans le cadre de la réunion annuelle du réseau Bienvenue à la ferme le 5 mai dernier, trois visites de ferme ont été programmées pour permettre de découvrir le travail de chacun, de favoriser les échanges et encourager les initiatives.

© SB

Le réseau Bienvenue à la ferme compte aujourd'hui 50 adhérents. "Six nouveaux sont venus enrichir le réseau en 2014" souligne Julie Babin, chargée de mission
tourisme à la Chambre d'agriculture. Ce qui permet au réseau de continuer à s'étoffer. Une satisfaction pour la présidente, Martine Moulin.
Adhérer à Bienvenue à la ferme permet à la fois "de vendre des produits, se faire connaître et partager" rappelle Julie Babin. "Le but étant que les objectifs soient atteints pour chacun d'entre eux".

Portes ouvertes à l'automne
En avril, les portes ouvertes ont enregistré une bonne fréquentation. Dix-neuf fermes avaient participé à cet événement national. Les 26 et 27 septembre, l'opération est renouvelée en même temps que la fête de la gastronomie, autour du concept petit-déjeuner/brunch à la ferme. Et grâce aux supports de communication mis en place par le réseau département et national, les fermes ont pu accueillir de nouveaux clients pour la première fois. Là aussi, c'est une réussite. La date automnale est d'ores et déjà inscrite dans les agendas, et dans celui des visiteurs.
Nouveaux guides
Pour offrir une palette assez large, une plaquette référençant les fermes pédagogiques est envoyée dans différentes structures dont les écoles. "Un envoi est fait en septembre puis un
rappel en janvier" note Julie Babin. Si les écoles peuvent "piocher" les adresses, les adhérents sont satisfaits de cette initiative d'autant plus que la plaquette "est claire et concise" comme le souligne Pascale Daniel de Saint-Julien-sur-Sarthe.

Vendre sur internet et au marché
Si le réseau est là pour accompagner la vente en ligne, via les drives fermiers, il est présent auprès des collectivités pour organiser des marchés de producteurs de pays. C'est le cas à nouveau cette année. "C'est un succès puisque nous avons 38 dates inscrites" indique Paul Rose, responsable du service à la Chambre d'agriculture. A la fois, les communes sont satisfaites de la participation des producteurs, et ces derniers vendent bien. "Si la première année, les gens venaient se balader, cette année ils viennent vraiment pour acheter" poursuit Paul Rose.

Soutenir des projets
La vente en ligne, sur les marchés est une réalité. Elle est désormais bien inscrite dans les habitudes des gens. Mais la Chambre d'agriculture ne s'arrête pas là. Elle accompagne des magasins dits "partenaires". Un projet devrait aboutir dans la périphérie de Caen. Il s'agit d'un magasin commercialisant des produits provenant en direct d'exploitation agricole au sein d'un point de vente spécialisé sur ce créneau. "Nous travaillons sur l'élaboration d'un cahier des
charges pour s'assurer que 50 % minimum du chiffre d'affaires soit issu de produits des fermes du réseau. Un élément qui conditionne le partenariat et l'accompagnement. Un bâtiment à
Bretteville-sur-Odon de 400 m2 devrait ouvrir en septembre".
Il ne reste plus qu'à espérer que les clients soient au rendez-vous pour acheter sur internet, à la ferme ou en magasin des produits sains et de proximité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité