Aller au contenu principal

Orne Conseil Elevage : le conseil en toute indépendance

Nathalie et Philippe Maupas accueilleront l’assemblée générale d’Orne Conseil Elevage, le 4 juin prochain à Bellou-en-Houlme. “Notre travail de conseil et d’innovation part du terrain. C’est logique que nos rencontres se déroulent dans les fermes”, estime Jean-François Le Meurs.

© VM

Orne Conseil Élevage cultive sa différence et surtout son indépendance. À l’heure où de nombreuses structures se regroupent, la structure ornaise garde son libre arbitre et ne voit pas l’intérêt de fusionner avec des départements voisins. Son développement ne se base pas sur les économies d’échelle, plutôt sur de nouveaux marchés. L’Agrinir, le laboratoire d’analyse infrarouge de fourrages, est un exemple. Cette conception locale a trouvé son marché dans d’autres structures de conseils en France. 30 machines fonctionnent actuellement dans l’hexagone, soit un chiffre d’affaires de 120 000 € pour Orne Conseil Elevage.
L’entreprise suit aujourd’hui 75,6 % des livreurs de lait, 81,2 % des vaches et 90 % du lait livré dans le département. Avec ces taux de pénétration, Patrick Hichard, directeur, ne développera pas localement ses parts de marché. Reste le conseil et sa valorisation à sa juste valeur : “on y arrive peu à peu. Les tarifs du contrôle de performance évoluent de moins de 1 % par an. Ceux du conseil sont en hausse de 4 à 5 %”.

Pas de vente de produits
Ce service a un coût. Et Orne Conseil Élevage ne veut pas «s’éparpiller». “Nous ne vendons pas de produits. Nous voulons que les éleveurs soient accompagnés par des conseillers de haut niveau”, insiste Jean-François Le Meurs, président d’Orne Conseil Elevage. Dans cette logique, les adhérents disposent de nouveaux tableaux de bord. Ils valorisent le Mammit’Scan, la mesure d’éclatage des grains de maïs ou les données de santé métaboliques. 
Parmi ces services, l’entreprise mettra  le Silo’scan en avant lors de son assemblée générale. “Avec un silo de maïs bien tassé, on peut limiter la perte et gagner 10 %. Sur 20 ou 30 hectares, la somme n’est pas négligeable. Il faut aussi songer à la qualité du lait”, estime Philippe Legendre, trésorier. L’outil Silo’scan permet de mesurer la quantité d’air au m3. Les meilleurs élevages du département seront récompensés le 4 juin prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité