Aller au contenu principal

Orne Conseil Elevage : le conseil en toute indépendance

Nathalie et Philippe Maupas accueilleront l’assemblée générale d’Orne Conseil Elevage, le 4 juin prochain à Bellou-en-Houlme. “Notre travail de conseil et d’innovation part du terrain. C’est logique que nos rencontres se déroulent dans les fermes”, estime Jean-François Le Meurs.

© VM

Orne Conseil Élevage cultive sa différence et surtout son indépendance. À l’heure où de nombreuses structures se regroupent, la structure ornaise garde son libre arbitre et ne voit pas l’intérêt de fusionner avec des départements voisins. Son développement ne se base pas sur les économies d’échelle, plutôt sur de nouveaux marchés. L’Agrinir, le laboratoire d’analyse infrarouge de fourrages, est un exemple. Cette conception locale a trouvé son marché dans d’autres structures de conseils en France. 30 machines fonctionnent actuellement dans l’hexagone, soit un chiffre d’affaires de 120 000 € pour Orne Conseil Elevage.
L’entreprise suit aujourd’hui 75,6 % des livreurs de lait, 81,2 % des vaches et 90 % du lait livré dans le département. Avec ces taux de pénétration, Patrick Hichard, directeur, ne développera pas localement ses parts de marché. Reste le conseil et sa valorisation à sa juste valeur : “on y arrive peu à peu. Les tarifs du contrôle de performance évoluent de moins de 1 % par an. Ceux du conseil sont en hausse de 4 à 5 %”.

Pas de vente de produits
Ce service a un coût. Et Orne Conseil Élevage ne veut pas «s’éparpiller». “Nous ne vendons pas de produits. Nous voulons que les éleveurs soient accompagnés par des conseillers de haut niveau”, insiste Jean-François Le Meurs, président d’Orne Conseil Elevage. Dans cette logique, les adhérents disposent de nouveaux tableaux de bord. Ils valorisent le Mammit’Scan, la mesure d’éclatage des grains de maïs ou les données de santé métaboliques. 
Parmi ces services, l’entreprise mettra  le Silo’scan en avant lors de son assemblée générale. “Avec un silo de maïs bien tassé, on peut limiter la perte et gagner 10 %. Sur 20 ou 30 hectares, la somme n’est pas négligeable. Il faut aussi songer à la qualité du lait”, estime Philippe Legendre, trésorier. L’outil Silo’scan permet de mesurer la quantité d’air au m3. Les meilleurs élevages du département seront récompensés le 4 juin prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
VIDEO. L’opération recyclage de pneus est sur les rails
Depuis mardi 16 et jusqu’à lundi 29 mars, la FDSEA organise une collecte de pneus usagés. Grâce à l’aide financière et matérielle…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité