Aller au contenu principal

Orne Conseil Elevage : le conseil en toute indépendance

Nathalie et Philippe Maupas accueilleront l’assemblée générale d’Orne Conseil Elevage, le 4 juin prochain à Bellou-en-Houlme. “Notre travail de conseil et d’innovation part du terrain. C’est logique que nos rencontres se déroulent dans les fermes”, estime Jean-François Le Meurs.

© VM

Orne Conseil Élevage cultive sa différence et surtout son indépendance. À l’heure où de nombreuses structures se regroupent, la structure ornaise garde son libre arbitre et ne voit pas l’intérêt de fusionner avec des départements voisins. Son développement ne se base pas sur les économies d’échelle, plutôt sur de nouveaux marchés. L’Agrinir, le laboratoire d’analyse infrarouge de fourrages, est un exemple. Cette conception locale a trouvé son marché dans d’autres structures de conseils en France. 30 machines fonctionnent actuellement dans l’hexagone, soit un chiffre d’affaires de 120 000 € pour Orne Conseil Elevage.
L’entreprise suit aujourd’hui 75,6 % des livreurs de lait, 81,2 % des vaches et 90 % du lait livré dans le département. Avec ces taux de pénétration, Patrick Hichard, directeur, ne développera pas localement ses parts de marché. Reste le conseil et sa valorisation à sa juste valeur : “on y arrive peu à peu. Les tarifs du contrôle de performance évoluent de moins de 1 % par an. Ceux du conseil sont en hausse de 4 à 5 %”.

Pas de vente de produits
Ce service a un coût. Et Orne Conseil Élevage ne veut pas «s’éparpiller». “Nous ne vendons pas de produits. Nous voulons que les éleveurs soient accompagnés par des conseillers de haut niveau”, insiste Jean-François Le Meurs, président d’Orne Conseil Elevage. Dans cette logique, les adhérents disposent de nouveaux tableaux de bord. Ils valorisent le Mammit’Scan, la mesure d’éclatage des grains de maïs ou les données de santé métaboliques. 
Parmi ces services, l’entreprise mettra  le Silo’scan en avant lors de son assemblée générale. “Avec un silo de maïs bien tassé, on peut limiter la perte et gagner 10 %. Sur 20 ou 30 hectares, la somme n’est pas négligeable. Il faut aussi songer à la qualité du lait”, estime Philippe Legendre, trésorier. L’outil Silo’scan permet de mesurer la quantité d’air au m3. Les meilleurs élevages du département seront récompensés le 4 juin prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité