Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Orne Terroirs : la qualité fermière

308. C’est le nombre de produits que propose le nouveau guide « Orne Terroirs 2016-2017 ». Avec 112 producteurs et 16 boutiques partenaires, la vague du «manger local » n’a pas fini son bout de chemin. De plus en plus solidaires en période de crise agricole, les consommateurs veulent de la qualité et moins de gaspillage.

« La population a l’envie de manger le mieux possible. Les gens se demandent de plus en plus quelles sont les priorités dans leur alimentation », annonce Jean-Marc Morcet, chef de service agroalimentaire à la CA de l’Orne.
« La population a l’envie de manger le mieux possible. Les gens se demandent de plus en plus quelles sont les priorités dans leur alimentation », annonce Jean-Marc Morcet, chef de service agroalimentaire à la CA de l’Orne.
© MM

Les producteurs ornais s’engagent et le montrent. Ils cherchent à guider les consommateurs vers des denrées fermières de qualité. « C’est un métier qui est difficile. Les exploitants restent passionnés par leur travail et ne baissent pas les bras. C’est un plaisir de travailler avec des agriculteurs », s’exclame Jean-Marc Morcel, chef de service agroalimentaire à la CA de l’Orne.

Un guide à suivre

Depuis 1995, ce guide connaît une notoriété en expansion. De base, le livret regroupait 115 adhérents pour 60 produits. 21 ans plus tard, c’est 5 fois plus de produits recensés dans le guide. La plus-value de ce livret n’est pas négligeable. Un jury de dégustation teste chaque produit (tous les ans) et ainsi, garantit la qualité gustative de l’aliment. Le jury est encadré par un spécialiste oenologue. Il forme les juges qui sont aptes à noter la denrée au niveau gustatif. Une fiche d’évaluation est remise à l’exploitant et ce dernier sait si son produit est sélectionné ou non. S’il ne l’est pas, « Orne Terroirs » s’engage et accompagne le producteur afin qu’il puisse faire partie du guide pour l’année d’après. Un suivit irréprochable pour les produits. L’objectif est la diffusion aux habitants de produits labellisés dans le terroir. Jean-Marc Morcet est clair : « La population a l’envie de manger le mieux possible. Les gens se demandent de plus en plus quelles sont les priorités dans leur alimentation ». Bonne nouvelle pour les chefs « crameurs, brûleurs, pas assez cuit », le guide propose des recettes préalablement testées et une liste des restaurateurs adhérents du mouvement.

Côté producteur, ça sent meilleur

« Un seul producteur peut produire plusieurs denrées », souligne le chef de service. Depuis quelques années, le nombre d’adhérents du guide connaît une forte augmentation. Mais quelles en sont les raisons ? « Nous mettons en avant une meilleure commercialisation des produits. La vente directe est en développement et fonctionne bien », explique Jean-Marc Morcet.

Des denrées à gogo

« Orne Terroirs » s’adresse à tous les produits fermiers. Des boissons (vins, cidricoles...) en passant par les pâtes, la viande, les produits laitiers, les sucrés, les fruits et légumes, etc. « Vous pouvez avoir un caddie alimentaire complet. Le tout via un circuit court », précise Jean-Marc Morcet. La diversité et la richesse des spécialités locales font d’ « Orne Terroirs », un très bon moyen de promouvoir les produits, de professionnaliser les entreprises tout en améliorant la qualité et de rendre plus accessible les denrées ornaises aux consommateurs.

 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité