Aller au contenu principal

Ouverture du relais SOLAAL en Basse-Normandie

Solaal compte 13 relais en France. Le dernier né est bas-normand. La FRSEA est à l’initiative de cette solidarité. SOLAAL (solidarité des producteurs agricoles et des filières alimentaires) facilite la collecte de denrées alimentaires. Cette structure s’appuie sur les associations qui œuvrent pour les plus démunis.

« Le donneur d'aujourd'hui a tous les risques d'être le receveur de demain, » explique Jean-Michel Hamel, secrétaire général de la FDSEA de la Manche (à droite).
« Le donneur d'aujourd'hui a tous les risques d'être le receveur de demain, » explique Jean-Michel Hamel, secrétaire général de la FDSEA de la Manche (à droite).
© MM

C'est le 13e relais à ouvrir ses portes en France et le seul de Normandie.

SOLAAL, qui a pour objectif de mettre en relation agriculteurs et associations caritatives, a ouvert cette nouvelle antenne le 16 novembre dernier en Basse-Normandie.

SOLAAL a été créée en mai 2013. Son fondateur Jean-Michel Lemétayer (ancien président de la FNSEA) disait : «je ne supporte pas de voir des gens qui ne mangent pas à leur faim dans mon pays». Le but premier est de mettre en relation les associations d'aide alimentaire et les donateurs des filières agricoles. Aujourd'hui, les relais de l'association ont déjà distribué 11 millions de repas au niveau national.

Agriculteurs-acteurs

Même en cette période de crise grave, le monde agricole reste généreux.

« La motivation première d'un agriculteur est de produire pour nourrir, explique Jean-Michel Hamel, secrétaire général de la FDSEA de la Manche, également responsable de SOLAAL en Basse-Normandie. Le donneur d'aujourd'hui a tous les risques d'être le receveur de demain. Les exploitants le comprennent. Les donations deviennent plus régulières». Les fruits et légumes mal-calibrés ne peuvent être commercialisés dans notre société de consommation. « Nous savons tous qu'un producteur n'aime pas perdre, pas de gaspillage, » souligne Jean-Michel Hamel. C'est aussi pour cette raison que SOLAAL a vu le jour. « La carotte déformée, donc non conforme pour être vendue garde le même goût qu'une carotte de bon calibre ».

Les associations concernées

Les principales associations, en relation avec les producteurs, sont la Croix Rouge, les Restos du Cœur, la Banque Alimentaire et le Secours Populaire. Des organisations issues du monde agricole soutiennent également cette initiative : la Chambre d'Agriculture, les JA, les FDSEA... « Notre objectif est de promouvoir le sans distinction syndicale. La cause que nous défendons fédère réellement tous les agriculteurs »explique Jean-Michel Hamel.

Sur les chapeaux de roue

« Nous avons de très bons produits. Chacun est satisfait de la qualité proposée. Les producteurs sont très présents, ils représentent 10% de la collecte de notre association », explique le représentant de la Banque Alimentaire du Calvados.

SOLAAL a vu les dons se multiplier par 3,4 entre 2014 et 2015. 11 millions de repas distribués en France avec 4 tonnes de viande, 90 de pâtes, 397 de légumes et 3700 de fruits. À ne pas oublier les 3100 litres de jus de pomme et 35000 œufs. Aujourd'hui, SOLAAL, c'est déjà 5800 tonnes de produits donnés. Pour la Normandie, 15 tonnes de légumes ont été comptabilisées dont une tonne par les Jardins de Normandie, le 17 septembre, journée nationale du don. Les Maîtres Laitiers du Cotentin ont également participé à cette solidarité.

L'idée visionnaire de Jean-Michel Lemétayer est aujourd'hui en pleine expansion.

Améliorations, envies et problématique

La volonté de SOLAAL est, désormais, de se faire encore mieux connaître.

Grâce aux différentes associations, elle arrive petit à petit à faire parler d'elle pour le bonheur de tous et surtout des plus démunis. Du chemin reste à parcourir : « aujourd'hui, nous recherchons plus de viande, d’œufs et de lait. Ce sont les denrées qui manquent le plus ».Les produits frais demandent, en effet, des délais rapides et une chaîne du froid qui ne doit pas être rompue.

 

Rendez-vous sur www.solaal.org/ ou contactez Elsa Petit au 02.31.70.88.32 pour avoir le plaisir de donner et d'aider ceux qui en ont besoin. Lesdonneurs bénéficient d’un avantage fiscal. Ilspeuvent déduire 60 % de la valeur du don.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité