Aller au contenu principal

Papillons de nuit mange terroir

A Saint-Laurent-de-Cuves (Manche), du 18 au 20 mai, une trentaine d’artistes vont se succéder sur les scènes du festival Papillons de nuit, créé il y a 18 ans dans ce village de près de 500 âmes. Le terroir prend une place de plus en plus importante avec des producteurs locaux. Les entreprises agricoles et para-agricoles sont également partenaires de ce rendez-vous musical.

Le terroir s’invite dans les assiettes des festivaliers grâce aux producteurs de la Manche dont ceux de Manche Terroirs.  PHOTO ARCHIVE
Le terroir s’invite dans les assiettes des festivaliers grâce aux producteurs de la Manche dont ceux de Manche Terroirs. PHOTO ARCHIVE
© SB

llll A la tête du festival Papillons de nuit depuis sa création, Patrice Hamelin, agriculteur installé sur la commune de Saint-Laurent-de-Cuves. Dans les rangs des bénévoles, des agriculteurs en activités ou à la retraite, chacun prenant place pour un, deux, trois jours voire davantage. Ils consacrent une grande partie de leur temps libre au festival pour que plus de 60 000 personnes puissent vivre une expérience musicale.
Du côté des stands, des producteurs du terroir s’installent depuis trois ans pour le plaisir des papilles des festivaliers. De quoi se régaler avec des produits de qualité et qui ont du goût. « Avoir des producteurs du terroir, c’est une volonté de l’équipe du festival », assure Axel Marie, en charge de ce pôle. Parmi les entreprises partenaires, elles sont nombreuses à œuvrer dans le monde para-agricole, et à participer au travers de sponsoring au fonctionnement du festival. 

La Roc, la bière du festival
Du côté des nouveautés, il faudra compte sur La Roc, une bière artisanale créée par la brasserie L’écume des falaises, installée à Jullouville. A sa tête Adèle Bourgeais et Martial Peck, deux jeunes passionnés qui produisent en moyenne 300 hl par an. La Roc, la bière du festival se veut être « une bière blonde, ronde, fleurie et subtilement amère », précise les brasseurs. Pas moins de 5 000 bouteilles ont été étiquetées à l’effigie du festival. « On est très content de
pouvoir produire pour les Papillons de nuit. C’est une première qui
nous réjouit », poursuivent Adèle et Martial.
Créée depuis 2014 à Champeaux, la brasserie a su se faire remarquer sur le territoire. L’année dernière, elle s’est installée dans un ancien garage à Jullouville, où chaque fin de semaine, les passants viennent visiter, déguster et acheter l’une de leurs bières. Au festival, la Roc se trouvera au bar des bières spéciales, et dans l’espace VIP où il sera possible de repartir avec un pack de trois.

Des assiettes 100 % Manche Terroirs
Le festival entend régaler les petits comme les grands. Manche Terroirs, marque du département marquera ses 20 ans pendant ces trois jours au travers d’assiettes terre ou mer à base, pour l’une de bœuf fumé, jambon fumé, veau épicé, flan de légumes, et pour l’autre, bisques détrilles, rillettes de saumon, truite fumée… accompagnée d’un cocktail normand. De quoi mettre en éveil les papilles de nombreux gourmands. 
A quelques mètres, Isabelle Lottin, productrice de lait à Saint-Senier-sous-Avranches proposera des assiettes gourmandes à base de yaourt, verrine, mini-crêpes, fondant au chocolat mais aussi teurgoule…. 

Le stand des produits régionaux sera complété par les huîtres et bulots de l’entreprise Grandin de Agon-Coutainville, des préparations à base de canard de la ferme de la Lande de Saint-Quentin-sur-le-Homme ou encore les fromages AOP de Normandie (camembert, livarot, pont-l’évêque, et neufchâtel). 

Bar à lait Cœur de Normandy
Cette année, l’espace s’agrandit avec le stand Cœur de Normandy qui abritera un bar à lait. « De quoi offrir un plus d’originalité dans le Festival », sourit l’équipe d’éleveurs, à l’initiative de cette marque, fabriquée et transformée en Normandie. Et pendant ces trois jours, ce sont les producteurs eux-mêmes qui prépareront le cocktail Cœur de Normandy, le Normandy Créole, l’Écume de Normandy, le milkshake aux fruits rouges, chocolat chaud, yaourt à boire ou encore une glace surprise. Il y en a pour tous les goûts !
Pendant ces trois jours, les 1 400 bénévoles vont être aux petits soins des 60 000 festivaliers mais aussi des 150 entreprises partenaires. Désormais, le festival Papillons de nuit constitue un véritable pilier culturel de la région, qui rassemble tous les publics et toutes les générations. Depuis sa création en 2001, plus de 700 000 spectateurs ont été accueillis. Et ce n’est pas fini. Le festival continue de développer son image et sa notoriété au-delà de la Normandie.

Pratique. Festival Papillons de nuit les 18, 19 et 20 mai à Saint-Laurent-de-Cuves. Programmation sur
papillonsdenuit.com


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité