Aller au contenu principal

Pari gagné après Paris

Samedi 12 et dimanche 13 mars, Argentan accueillait la Foire de la Normandie. 110 Normandes étaient aux coudes à coudes afin de se départager la première place. Clochette, grande gagnante à Paris, fait encore tinter ses cloches.

“Le risque était énorme. Il y avait une réelle appréhension de ne pas la revoir à la première place. D’un jury à l’autre, tout peut basculer”, confie Thomas Dumesnil.
“Le risque était énorme. Il y avait une réelle appréhension de ne pas la revoir à la première place. D’un jury à l’autre, tout peut basculer”, confie Thomas Dumesnil.
© MM

Thomas Dumesnil et son fils Tom, installés à Rouellé (Orne), sont fiers. Après Paris, le risque était gros. La grande championne du salon de l’agriculture a remis son titre en jeu. Un challenge réussi. Pour l’éleveur, c’est une belle récompense, “C’est toujours un gros risque. On a cette crainte que nos bêtes plaisent moins suivant le jury. Elle est sur le podium aujourd’hui, il n’y a rien de plus beau”, annonce Thomas Dumesnil

Un risque à prendre

Deux semaines après avoir franchi le sol du ring de Paris, c’est à Argentan que tout se jouait pour Clochette.“Le risque était énorme. Il y avait une réelle appréhension de ne pas la revoir à la première place. D’un jury à l’autre, tout peut basculer” confie Thomas Dumesnil. Challenge réussi pour l’éleveur ornais. C’est vers 17h00 que la championne prit place sur le podium. “Clochette plaît à plusieurs jury, c’est le plus important” rajoute l’agriculteur en regardant son fils, sourire aux lèvres.


Une passion avant tout

Avant la victoire, c’est la participation en elle-même qui est importante. “Les concours sont une passion. Les éleveurs participent parce qu’ils aiment ça. Une fois qu’on y a goûté, on ne peut plus s’arrêter. Que ce soit au salon de Paris ou dans ce genre de concours, le jeu en vaut la chandelle” souligne l’exploitant. L’objectif premier reste donc la promotion de la race. “C’est sur que c’est autant d’émotion de gagner dans ce genre de concours. On est chez nous, on veut que notre bête plaise partout. Le pari est gagné” rajoute Thomas Dumesnil.Cette passion est inarrêtable. “C’est aussi pour notre fils qu’on fait ça. Il nous motive plus que personne. On lui transmet notre passion et il est ravi de participer.” C’est avec un sourire immense que Tom tient sa grande championne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité