Aller au contenu principal

Pari gagné après Paris

Samedi 12 et dimanche 13 mars, Argentan accueillait la Foire de la Normandie. 110 Normandes étaient aux coudes à coudes afin de se départager la première place. Clochette, grande gagnante à Paris, fait encore tinter ses cloches.

“Le risque était énorme. Il y avait une réelle appréhension de ne pas la revoir à la première place. D’un jury à l’autre, tout peut basculer”, confie Thomas Dumesnil.
“Le risque était énorme. Il y avait une réelle appréhension de ne pas la revoir à la première place. D’un jury à l’autre, tout peut basculer”, confie Thomas Dumesnil.
© MM

Thomas Dumesnil et son fils Tom, installés à Rouellé (Orne), sont fiers. Après Paris, le risque était gros. La grande championne du salon de l’agriculture a remis son titre en jeu. Un challenge réussi. Pour l’éleveur, c’est une belle récompense, “C’est toujours un gros risque. On a cette crainte que nos bêtes plaisent moins suivant le jury. Elle est sur le podium aujourd’hui, il n’y a rien de plus beau”, annonce Thomas Dumesnil

Un risque à prendre

Deux semaines après avoir franchi le sol du ring de Paris, c’est à Argentan que tout se jouait pour Clochette.“Le risque était énorme. Il y avait une réelle appréhension de ne pas la revoir à la première place. D’un jury à l’autre, tout peut basculer” confie Thomas Dumesnil. Challenge réussi pour l’éleveur ornais. C’est vers 17h00 que la championne prit place sur le podium. “Clochette plaît à plusieurs jury, c’est le plus important” rajoute l’agriculteur en regardant son fils, sourire aux lèvres.


Une passion avant tout

Avant la victoire, c’est la participation en elle-même qui est importante. “Les concours sont une passion. Les éleveurs participent parce qu’ils aiment ça. Une fois qu’on y a goûté, on ne peut plus s’arrêter. Que ce soit au salon de Paris ou dans ce genre de concours, le jeu en vaut la chandelle” souligne l’exploitant. L’objectif premier reste donc la promotion de la race. “C’est sur que c’est autant d’émotion de gagner dans ce genre de concours. On est chez nous, on veut que notre bête plaise partout. Le pari est gagné” rajoute Thomas Dumesnil.Cette passion est inarrêtable. “C’est aussi pour notre fils qu’on fait ça. Il nous motive plus que personne. On lui transmet notre passion et il est ravi de participer.” C’est avec un sourire immense que Tom tient sa grande championne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
« Dès que j’ai le dos tourné, les corbeaux reviennent »
Du Perche au bocage, en passant par la plaine, les corbeaux ravagent les parcelles de maïs. Si la DDT accorde le droit de les…
Elisabeth Borne à Boeuf en Fête
Élisabeth Borne nommée à Matignon
Le président de la République a nommé, lundi 16 mai 2022, Élisabeth Borne Première ministre. Il l’a chargée de former un…
Publicité