Aller au contenu principal

Hervé Nouvellon et la mobilisation grandes cultures
Paris et pari gagnés

1 500 tracteurs, plus de 10 000 agriculteurs ont convergé à Paris, le 27 avril à l’appel des FRSEA dont celle de Basse-Normandie.

“Le blé à 90 e. L’orge à 80 e. Une perte de compensation qui représente 20 000 e sur mon exploitation (...). Imaginez l’état de nos bilans et de nos trésoreries”.
“Le blé à 90 e. L’orge à 80 e. Une perte de compensation qui représente 20 000 e sur mon exploitation (...). Imaginez l’état de nos bilans et de nos trésoreries”.
© TG

Même s’il avoue une légère déception vis-à-vis d’une mobilisation modeste enregistrée dans le département de l’Orne, Hervé Nouvellon (vice-président de la section végétale de la FDSEA) se satisfait néanmoins de la réussite globale de la manifestation organisée la semaine dernière à Paris par les producteurs de grandes cultures. “Dans le calme et avec des parisiens qui nous ont apporté leur soutien”, souligne-t-il dans un premier temps. Sur un plan plus politique, c’est la branche céréales de la FNSEA (autrement dit ORAMA) qui a gagné son Paris et son pari avec plus de 1 500 tracteurs et 12 000 manifestants issus de 14 bassins de production hexagonaux. Mais pourquoi Hervé Nouvellon a-t-il battu le pavé parisien ? “Le blé à 90 e. L’orge à 80 e. Une perte de compensation qui représente 20 000 e sur mon exploitation (...). Imaginez l’état de nos bilans et de nos trésoreries”. Sans remettre en cause le principe d’un redéploiement des aides “dont rêvait Glavany et que Barnier a fait”, notre 100 % scopeur ornais dénonce la hauteur de la marche, “ la brutalité du rééquilibrage”.  Face à une campagne 2010 qui se présente sous de mauvais augures, les producteurs de grandes cultures attendent des mesures d’urgence. “Dégagement des stocks, mise en place d’un système européen de régulation, allégement des contraintes environnementales (...)”, liste entre autres Hervé Nouvellon. Le tout sans attendre la réunion du comité de suivi “céréales” promise par les pouvoirs publics en décembre prochain. “Il sera trop tard”, pronostique-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité