Aller au contenu principal

Hervé Nouvellon et la mobilisation grandes cultures
Paris et pari gagnés

1 500 tracteurs, plus de 10 000 agriculteurs ont convergé à Paris, le 27 avril à l’appel des FRSEA dont celle de Basse-Normandie.

“Le blé à 90 e. L’orge à 80 e. Une perte de compensation qui représente 20 000 e sur mon exploitation (...). Imaginez l’état de nos bilans et de nos trésoreries”.
“Le blé à 90 e. L’orge à 80 e. Une perte de compensation qui représente 20 000 e sur mon exploitation (...). Imaginez l’état de nos bilans et de nos trésoreries”.
© TG

Même s’il avoue une légère déception vis-à-vis d’une mobilisation modeste enregistrée dans le département de l’Orne, Hervé Nouvellon (vice-président de la section végétale de la FDSEA) se satisfait néanmoins de la réussite globale de la manifestation organisée la semaine dernière à Paris par les producteurs de grandes cultures. “Dans le calme et avec des parisiens qui nous ont apporté leur soutien”, souligne-t-il dans un premier temps. Sur un plan plus politique, c’est la branche céréales de la FNSEA (autrement dit ORAMA) qui a gagné son Paris et son pari avec plus de 1 500 tracteurs et 12 000 manifestants issus de 14 bassins de production hexagonaux. Mais pourquoi Hervé Nouvellon a-t-il battu le pavé parisien ? “Le blé à 90 e. L’orge à 80 e. Une perte de compensation qui représente 20 000 e sur mon exploitation (...). Imaginez l’état de nos bilans et de nos trésoreries”. Sans remettre en cause le principe d’un redéploiement des aides “dont rêvait Glavany et que Barnier a fait”, notre 100 % scopeur ornais dénonce la hauteur de la marche, “ la brutalité du rééquilibrage”.  Face à une campagne 2010 qui se présente sous de mauvais augures, les producteurs de grandes cultures attendent des mesures d’urgence. “Dégagement des stocks, mise en place d’un système européen de régulation, allégement des contraintes environnementales (...)”, liste entre autres Hervé Nouvellon. Le tout sans attendre la réunion du comité de suivi “céréales” promise par les pouvoirs publics en décembre prochain. “Il sera trop tard”, pronostique-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Agrial innove face aux défis climatiques
A Vieux, le Gaec des Papineaux a reçu, vendredi 10 et samedi 11 juin 2022, sur son exploitation plus de 4 000 visiteurs dans le…
Les premières coupes de silphie sous l’oeil de la coop de Creully
Près de 100 personnes, adhérents et techniciens de la Coopérative de Creully, ont assisté à la démonstration de coupe de silphie…
Luzerne
Éleveurs et cultivateurs créent une mini-filière de luzerne
La Cuma Séchoir collectif plaine Pays d’Auge est née il y a deux ans et demi. Elle regroupe des cultivateurs et des éleveurs qui…
Entre Danone et l’OP des 3 Vallées, le prix du lait encore en débat
L’OP des 3 Vallées (Danone Molay-Littry) était réunie en AG mercredi 8 juin 2022, à Torteval-Quesnay (14). Les éleveurs ont fait…
Rendez-vous Tech bio
Rendez-vous tech&bio : au Gaec 2000, des hôtes heureux
Gilles et Florence Haelewyn sont installés à Commes depuis 1994. La conversion en bio des terres et du cheptel date, elle, de…
Chasseurs et FDSEA se lient contre les corvidés
La FDSEA et la Fédération des chasseurs se sont rencontrées, mardi 7 juin 2022. Elles ont échangé sur les options pour prévenir…
Publicité