Aller au contenu principal

Hervé Nouvellon et la mobilisation grandes cultures
Paris et pari gagnés

1 500 tracteurs, plus de 10 000 agriculteurs ont convergé à Paris, le 27 avril à l’appel des FRSEA dont celle de Basse-Normandie.

“Le blé à 90 e. L’orge à 80 e. Une perte de compensation qui représente 20 000 e sur mon exploitation (...). Imaginez l’état de nos bilans et de nos trésoreries”.
“Le blé à 90 e. L’orge à 80 e. Une perte de compensation qui représente 20 000 e sur mon exploitation (...). Imaginez l’état de nos bilans et de nos trésoreries”.
© TG

Même s’il avoue une légère déception vis-à-vis d’une mobilisation modeste enregistrée dans le département de l’Orne, Hervé Nouvellon (vice-président de la section végétale de la FDSEA) se satisfait néanmoins de la réussite globale de la manifestation organisée la semaine dernière à Paris par les producteurs de grandes cultures. “Dans le calme et avec des parisiens qui nous ont apporté leur soutien”, souligne-t-il dans un premier temps. Sur un plan plus politique, c’est la branche céréales de la FNSEA (autrement dit ORAMA) qui a gagné son Paris et son pari avec plus de 1 500 tracteurs et 12 000 manifestants issus de 14 bassins de production hexagonaux. Mais pourquoi Hervé Nouvellon a-t-il battu le pavé parisien ? “Le blé à 90 e. L’orge à 80 e. Une perte de compensation qui représente 20 000 e sur mon exploitation (...). Imaginez l’état de nos bilans et de nos trésoreries”. Sans remettre en cause le principe d’un redéploiement des aides “dont rêvait Glavany et que Barnier a fait”, notre 100 % scopeur ornais dénonce la hauteur de la marche, “ la brutalité du rééquilibrage”.  Face à une campagne 2010 qui se présente sous de mauvais augures, les producteurs de grandes cultures attendent des mesures d’urgence. “Dégagement des stocks, mise en place d’un système européen de régulation, allégement des contraintes environnementales (...)”, liste entre autres Hervé Nouvellon. Le tout sans attendre la réunion du comité de suivi “céréales” promise par les pouvoirs publics en décembre prochain. “Il sera trop tard”, pronostique-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité